Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 07:32

la-pauvrete-des-enfants-jpgÊtre pauvre signifie certes manquer de revenus suffisants pour satisfaire ses besoins de base, mais pas uniquement.

La pauvreté peut être définie également par la privation des droits fondamentaux à la santé, à l’éducation, au développement et à la protection.

Beaucoup a été écrit sur les dimensions monétaires de la pauvreté au Congo, entre autres dans une excellente étude de la Banque Mondiale. La présente étude prétend compléter ces travaux par une analyse multidimensionnelle, non monétaire, de la pauvreté, en particulier de l’accès aux services sociaux de base par les enfants et les femmes. Cette approche permet d’évaluer le risque relatif de pauvreté des enfants et des femmes.

Jusqu’à un passé récent, les planificateurs nationaux accordaient la priorité aux questions économiques au détriment des questions sociales. L’intégration récente de la protection sociale dans le Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté (DSRP) représente donc une opportunité majeure pour attirer l’attention sur les catégories les plus vulnérables et de lutter contre les inégalités sociales. Aussi cette étude prétend contribuer aux efforts de plaidoyer pour la gestion des risques sociaux et pour la formulation des politiques sociales, et ce sur la base de connaissances et d’observations factuelles.

L’étude met en évidence une réalité largement méconnue à ce jour : l’ampleur de la pauvreté des enfants vivant sous le seuil de la pauvreté est de 54% contre 47% pour les adultes. Par ailleurs, elle conclut que les enfants et les femmes ont un risque de pauvreté plus élevé que les hommes.

Cette étude prétend contribuer à dégager des orientations politiques et stratégiques qui visent spécifiquement la réduction de la pauvreté de l’enfant sous sa forme multidimensionnelle. Ces politiques feront, dans une deuxième phase, l’objet d’exercices de simulation d’impact sur les conditions de vie des plus vulnérables.

Je voudrais d’emblée souligner ici la méthodologie innovante qui a été utilisée pour l’élaboration de cette étude. Réalisée en partenariat avec l’Université de Maastricht, l’Université Marien Ngouabi et le Centre National de la Statistique et des Études Économiques, sur base des données de l’ECOM 2005. Je tiens à féliciter l’équipe des chercheurs et tous ceux qui ont contribué à cette étude et qui ont permis d’en incorporer les conclusions dans le DSRP. Je voudrais particulièrement féliciter Mr JB Ondaye, directeur général du plan, pour son leadership et son appui constant.

L’UNICEF est heureux et fier d’avoir appuyé cet exercice afin d’aider les partenaires nationaux à se fixer des objectifs ambitieux dans la définition et la mise en oeuvre d’une politique de protection

sociale visant à réduire la vulnérabilité et la pauvreté des enfants et des femmes en République du Congo

.

Koen Vanormelingen

Représentant de l’UNICEF

 

VOICI EN PDF L’INTÉGRALITÉ DE CE RAPPORT.

 

NOTE: Le texte de Monsieur Koen Vanormelingen que vous venez de lire est la préface du rapport d’une brillante étude menée par le Ministère du Plan et de

l’Aménagement du Territoire congolais, Université MARIEN et l’UNICEF, ci haut l’intégralité en PDF de ce rapport.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons