Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 12:52

Congo: nette baisse de la production pétrolière

 

El-Sass-2.jpgBRAZZAVILLE - Le Congo a enregistré une baisse de la production du pétrolière, sa première ressource d'exportation, au cours de ces trois dernières années - une baisse qui s'explique notamment par le vieillissement des gisements d'exploitation, a indiqué lundi le président congolais Denis Sassou Nguesso.

 

S'agissant du pétrole, il reste de loin la première source de la richesse nationale même si sa production enregistre une baisse notable. De plus de 114 millions de barils en 2010, elle est passée à 92 millions de barils aujourd'hui, a précisé le chef de l'Etat dans son discours sur l'état de la nation, prononcé devant l'assemblée nationale et le sénat réunis en congrès.

 

El SassDenis Sassou Nguesso a noté que la gestion des revenus du pétrole est totalement transparente, soulignant le fait que le Congo a été admis en février comme pays conforme à l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE).

 

Toujours au plan économique, le dirigeant congolais, qui cumule près de 30 ans au pouvoir, a affirmé que la richesse nationale a plus que triplé pendant la décennie écoulée.

 

Notre produit intérieur brut est ainsi passé de 2.000 milliards de FCFA (3 milliards d'euros), à prix courant, en 2002, à plus de 7.500 milliards de FCFA (plus de 10 milliards d'euros) en 2012, a encore expliqué le président congolais. De la même façon, le PIB par habitant a bondi de 886 dollars US en 2002 à plus de 3.500 dollars US en 2012, a-t-il poursuivi.

 

Parlant du chômage et de la pauvreté qui touchaient jusque-là une bonne partie de la population congolaise, il a affirmé que leur taux est en diminution.

 

El-Sass-1.jpgLa conséquence logique de la densification en cours de notre économie est la réduction sensible du chômage et le recul de la pauvreté. Selon les résultats des enquêtes de consommations auprès des ménages (ECOM) réalisées en 2005 et 2011, le taux de chômage au Congo a chuté de 19,4% à 6,9%, a indiqué Denis Sassou Nguesso.

 

La pauvreté, appréciée à l'aune de la détention monétaire, a reculé en passant de 50,7% de la population en 2005 à 46,5% en 2011, a-t-il dit.

 

La République du Congo est une ancienne colonie française riche en pétrole et qui compte QUATE millions d'habitants.

L'épicentre de l'activité pétrolière se situe à Pointe-Noire (Sud-Ouest).

Cette activité rapporte 5 milliards d'euros par an au pays mais 70% des habitants vivent avec moins d'un dollar par jour.

 

NORMANDIE.COM

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 11:40

Le grand drible de Hugues Ngouélondélé aux maires des arrondissements.

Hugues Gouélondélé

Le maire de la ville de Brazzaville, qui est contesté par la grande majorité des citadins semble s’entêter à ne pas gagner la sympathie ne fut ce que d’un frange minime. Les Brazzavillois décrient tous les jours l’insalubrité avec laquelle ils cohabitent et auraient bien aimé voir les autorités municipales prendre réellement le taureau par les cornes. 

Pour diriger d’une marie il faut non seulement l’aimer, mais avoir des convictions et être prêt à supporter les critiques, à encaisser, car le maire est la première personne vers laquelle se tournent les citoyens. Car face aux différents problèmes d’une ville, il faut réussir à créer une vision commune dans celle ci. Aussi, après tant d’années à un poste, on peut être à court d’idées, de nouveautés. Et face à des changements qui avancent de manière vertigineuse, il convient de renouveler les initiatives par un changement d’hommes au risque d’embrasser la routine. Et les citoyens eux attendent beaucoup de leur maire. 

BRAZZA 1Sans doute les Brazzavillois avaient beaucoup rêvé en suivant durant trois jours en boucle sur la chaine nationale ,la réception par le maire des engins chargés de lutter contre l’insalubrité en provenance de Dubai et son dispatching dans tous les arrondissements de la capitale à la charge de chaque mairie. Hugues Ngouolondele se vantait alors de travailler pour les Brazzavillois, lesquels grâce à ces engins selon lui modernes n’allaient plus avoir des soucis d’insalubrité, les immondices qui sont visibles partout dans la ville ne seraient qu’un souvenir lointain. 

BrazzaDes belles paroles qui à ce moment faisaient du maire un autre homme, hélas malgré le long séjour d’un tronc d’arbre dans une rivière, il ne deviendra jamais crocodile. Hugues Ngouolondele ne sera jamais un bon maire ni pour Brazzaville ni pour une autre ville du Congo. 

Le maire de Brazzaville a remis aux différents arrondissements certes des engins (Camions et Caterpillar) pour nettoyer leur arrondissement respectif, mais a gardé avec lui les clefs de contacts de tous ses engins, qui depuis presque 8 mois ornent le parking de ses maries. Pour Privat Ndeké le maire du sixième arrondissement, par cet acte « Il ne comprend pas ce que Hugues Ngouoélondélé a bien voulu montrer ?, BRAZZAVILLE 6Et attend toujours les clefs pour mettre ses engins au service de ses habitants » avant d’ajouter « Il est pour moi nécessaire d’insister et de clarifier cela pour éclaircir mes habitants qui pensent que c’est ma mairie qui est à la base de cette léthargie » 

Un conseiller municipal de la mairie de Bacongo, le deuxième arrondissement de Brazzaville indexé par les habitants a lâché ceci :

Misère au Congo

« Tout le monde sait dans ce monde quand vous recevrez un don à moitié, c’est que le donateur soit se moque de vous, soit veut vous gérer selon sa volonté » 

Daniel NSION

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 10:26

BOUSSO.jpg

A Son Excellence, Monsieur le Consul Général, 

A Monsieur le Directeur de l’Institut Français du Sénégal, 

Mon nom est Bousso Dramé et je suis une citoyenne sénégalaise qui, en ce jour, a décidé de prendre sa plume pour porter haut et fort un message me tenant particulièrement à cœur. 

Par intérêt pour la langue de Molière, j’ai décidé de participer en Avril dernier, au Concours National d’Orthographe 2013, organisé par l’Institut Français, dans le cadre des Prix de la Francophonie. Le concours a réuni quelques centaines de candidats, âgés de 18 à 35 ans dans les Instituts Français de Dakar et de Saint-Louis ainsi que les Alliances Françaises de Kaolack et de Ziguinchor. A la suite de joutes portant sur un extrait de L’Art Français de la Guerre d’Alexis Jenni, Prix Goncourt 2011, j’ai eu l’honneur d’être primée Lauréate dudit Concours. A ce titre, un billet d’avion Dakar-Paris-Dakar et une formation CultureLab en réalisation de film documentaire au Centre Albert Schweitzer m’ont été octroyés. 

Durant ma petite vie, je n’ai eu de cesse, tout en étant ouverte sur le monde dont je suis une citoyenne, de défendre ma fierté d’être noire et africaine. Il va sans dire que je crois résolument à l’avenir radieux de ma chère Afrique. Je suis également d’avis qu’il est impératif que les préjugés qui ont prévalu au sujet des Africains et de l’Afrique, du fait du passé colonial et de la situation contemporaine difficile de ce continent, soient révolus. Il est temps que les Africains se respectent eux-mêmes et exigent d’être respectés par les autres. Cette vision d’une Afrique généreuse et ouverte, certes, mais fière et ferme dans l’exigence du respect qu’on lui doit et qu’on ne lui a que trop longtemps refusé est une conviction forte qui me porte et me transporte, littéralement. 

BOUSSO-Drame.jpgCependant, durant mes nombreuses interactions avec, d’une part,  certains membres du personnel de l’Institut Français, et, d’autre part, des agents du Consulat de France, j’ai eu à faire face à des attitudes et propos condescendants, insidieux, sournois et vexatoires. Pas une fois, ni deux fois, mais bien plusieurs fois! Ces attitudes, j’ai vraiment essayé de les ignorer mais l’accueil exécrable dont le Consulat de France a fait montre à mon égard (et à celui de la majorité de Sénégalais demandeurs de visas) a été la goutte d’eau de trop, dans un vase, hélas, déjà plein à ras bord. 

En personne authentique qui ne sait pas tricher, une décision difficile mais nécessaire s’est naturellement imposée à moi. Un voyage tous frais payés, fut-il le plus beau et le plus enchanteur au monde, ne mérite pas que mes compatriotes et moi souffrions de tels agissements de la part du Consulat de France. Une formation aussi passionnante soit-elle, et Dieu sait que celle-ci m’intéresse vraiment, ne vaut pas la peine de subir ces attitudes qu’on retrouve malheureusement à grande échelle sous les cieux africains. Par souci de cohérence avec mon système de valeurs, j’ai, donc, pris la décision de renoncer, malgré l’obtention du visa. 

Renoncer pour le symbole. 

Renoncer au nom de tous ces milliers de Sénégalais qui méritent le respect, un respect qu’on leur refuse au sein de ces représentations de la France, en terre sénégalaise, qui plus est. 

Cette décision n’est pas une sanction contre des individualités, mais contre un système généralisé qui, malgré les dénégations de mes concitoyens, semble ne pas avoir l’intention de se remettre en cause. 

Par ailleurs, je trouve particulièrement ironique que l’intitulé partiel de la formation à laquelle je ne prendrai pas part soit : « La France est-elle toujours la Patrie de Droits de l’homme. Jusqu’à quel point les Français sont-ils des citoyens d’Europe, du monde? » Cela aurait, sans aucun doute, fait un intéressant sujet de documentaire vu d’une perspective africaine et j’espère, avoir l’occasion, par d’autres voies et moyens, de participer à une future formation CultureLab. 

Je tiens à remercier, l’Institut Français tout de même, pour l’initiative de ce concours, qui, à mon avis mériterait de continuer à exister, voire se tenir à fréquence plus régulière et ce, pour stimuler l’émulation intellectuelle entre jeunes Sénégalais et pour le plaisir des amoureux de la langue française, dont je fais partie. 

Madame la Préposée au Guichet du Consulat de France - je ne connais pas votre nom, mais je vous dis au sujet de ce visa dont je ne me servirai pas : Non, merci. 

Fièrement, sincèrement et Africainement vôtre. 

Bousso Dramé

 

alain-jouret.jpgAlain Jouret, consul général deFrance à Dakar, a découvert la lettre jeudi sur un site sénégalaiset il se dit « vraiment désolé » :

« Elle aurait dû me contacter pour m’expliquer ce qui s’était passé. Je lui ai aussitôt envoyé un courriel auquel elle n’a toujours pas répondu. On ne reste que cinq minutes au guichet pour récupérer son visa, le contact a peut-être été froid, peu cordial. La seule chose que je sais c’est qu’il n’y a pas eu d’insultes. »

Le consulat traite 32 000 demandes de visas par an, chaque préposée reçoit 35 à 40 personnes par jour : « A mon arrivée, j’ai mis en place un système qui fait que personne ne fait la queue plus d’une heure. J’ai également renouvelé l’ensemble du personnel, désormais en grande partie issu de la diversité culturelle : franco-sénégalaise, franco-ivorienne, Dom-Tom, etc… »

Selon Alain Jouret, souligne Rue 89 les plaintes pour « manque d’égards » de personnes ayant reçu leur visa est rarissime : « Nous avons mené une enquête de satisfaction, et 82% des personnes interrogées se disent satisfaites ou très satisfaites. » B.G.

Source Leral

Bousso-FACEBOOK.jpgLa réponse n’a pas tardé ! On peut lire sur la page facebook de Bousso Dramé


Par rapport au Consul General de France au Senegal qui dit et je cite: "Elle aurait dû me contacter pour m’expliquer ce qui s’était passé. Je lui ai aussitôt envoyé un courriel auquel elle n’a toujours pas répondu".

La formulation est inappropriee, ce "aurait du" n'a pas lieu d'etre. Car je ne suis pas sous tutelle de ce respectable monsieur. Je n'ai pas a lui rendre compte. Je ne suis pas une de ses employees. Je suis occupee, par ailleurs et, par consequent, je ne peux repondre a toutes les sollicitations. Cela vaut pour tous les messages plus courtois que je recois.

Je suis un demandeur de visa comme tout autre et j'ai suivi la meme procedure que les autres, pour la finalite que l'on connait. Monsieur JOURET, Consul de France, dit "82% des personnes interrogées se disent satisfaites ou très satisfaites". Je suis ravie de ce chiffre annonce. Dans mon monde a moi, au moins 82% des demandeurs de visa, sont blesses par la facon dont ils sont recus. L'adhesion massive a ma lettre ouverte clos le debat.

Bonne journee.

Africainement votre.

 

NOTE: C'est certain que le ridicule ne tue pas. Ici nous en avons la preuve avec les excuses, ô combien maladroites, du Consul de France, Monsieur Alain JOURET.

 

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 09:11

 

ENERGIE ET ENVIRONNEMENT

 

Le Qatar entre au capital de Total au Congo


La compagnie nationale qatarie Qatar Petroleum va prendre 15% de la filiale d’exploration-production de Total au Congo-Brazzaville, a annoncé le groupe pétrolier français mercredi.

QATAR-AU-CONGO.jpg

Après les hôtels de luxe et le PSG, la coopération franco-qatarie s’étend au pétrole. La compagnie pétrolière nationale qatarie Qatar Petroleum (QP) va prendre 15% de la filiale d’exploration-production de Total au Congo-Brazzaville, a annoncé mercredi le groupe français. Cette prise de participation, qui se fait via une augmentation de capital de Total E&P Congo, permettra au géant pétrolier français de faciliter ses financements dans le pays africain, notamment son grand investissement de 10 milliards de dollars pour développer le gisement Moho Nord.


Qatar-Big-Logo.jpg« Cet investissement traduit la volonté du Congo d’accueillir le Qatar comme nouveau partenaire et illustre par ailleurs l’engagement du Qatar à investir en Afrique », souligne Total dans un communiqué, mais sans donner de détail financier sur l’opération. La prise de participation de QP se fera via Qatar Petroleum International, sa filiale à 100% spécialisée dans les investissements stratégiques hors du riche émirat pétrolier et gazier.


Megaprojet

logo-total-actuel.gifTotal a lancé fin mars le projet offshore Moho Nord, à 75 kilomètres au large de la capitale pétrolière congolaise, Pointe-Noire. Il s’agit d’un mégaprojet : la production qui démarrera en 2015 devrait atteindre 140.000 barils par jour en 2017 pour un investissement de 10 milliards de dollars . Il vise à extraire le pétrole de gisements supplémentaires au sein du permis d’exploitation de Moho-Bilondo, où Total extrait déjà de l’or noir depuis 2008. Ce projet va renforcer encore les activités de Total au Congo-Brazzaville, où il est déjà le premier producteur d’or noir (avec une production de 113.000 barils équivalent pétrole par jour (bp/j) en moyenne en 2012). Total opère 10 des 22 gisements en production dans le pays, ce qui représente 60% de la production nationale.


Par Les Echos 22/05/2013

 

Enfant-Pleure.jpg

 

Car la fête se fait ailleurs.

 

 congolais-a-Saint-Tropez.jpg

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 12:02

Magasin-le-Printemps.jpg

Après avoir mis la main sur plusieurs hôtels de luxe et le Paris Saint-Germain, le Qatar s’apprête à devenir l’unique propriétaire d’un autre lieu emblématique français, les grands magasins du Printemps.

Un groupe d’investisseurs qataris doit racheter, via Disa, une société d’investissements luxembourgeoise, les participations à la fois de la Deutsche Bank, qui souhaitait céder ses 70 % du Printemps, et de la société italienne Borletti, détentrice des 30 % restants.

Mode.jpgIl était prévu au départ que Borletti s’associe aux Qataris pour financer le rachat des parts de la Deutsche Bank (Rreef) tout en restant propriétaire du groupe de grands magasins. À l’arrivée, le groupe italien lui-même va aussi tomber dans leur escarcelle.

Les investisseurs qataris, dont l’identité n’est pas révélée, ont « souhait (é) également acquérir l’intégralité du capital de Borletti Group. C’est dans ce cadre que les actionnaires de Borletti Group ont également choisi de céder la totalité de leur participation dans Borletti Group à Disa », indiquent les documents.

« De sorte qu’à la fin de l’opération, cette dernière serait propriétaire de 100 % de Borletti Group, qui serait elle-même propriétaire de 100 % de PHL » (Printemps Holding Luxembourg, qui détient l’intégralité du Printemps, ndlr), selon ces textes.

Rassurant pour les 3 400 salariés du groupe

Le montant de cette opération, qui devrait se conclure d’ici à l’été, n’est pas spécifié. Selon Mediapart, le montant de la cession du Printemps atteindrait 1,6 milliard d’euros. À la fin 2012, les Galeries Lafayette avaient fait en vain une offre de rachat pour 1,8 milliard d’euros.

Le Printemps dispose de 16 magasins en France, dont son vaisseau amiral sur les Grands Boulevards parisiens. Il avait été cédé en octobre 2006 par PPR pour 1,075 milliard d’euros. Depuis, le chiffre d’affaires du groupe a bondi de 30 % pour atteindre 1,45 milliard d’euros en 2011.

Selon les documents, une fois le rachat effectué, les Qataris conserveront la direction actuelle du Printemps, avec à sa tête Paolo de Cesare. Borletti resterait également en temps que conseiller.

sape.jpgLa stratégie de rénovation et d’ouvertures de magasins sera également conservée.

Les textes se veulent rassurants pour les 3 400 salariés du groupe qui « conserveraient le même employeur » et « cette opération assurerait donc pour eux une continuité de leurs droits contractuels ».

Les syndicats se déclarent toutefois inquiets pour les salariés des magasins de province parce que le Printemps n’y est « pas propriétaire des murs et il n’est pas certain que les investisseurs qataris aient le souhait de les conserver », a indiqué Bernard Demarcq, secrétaire général du syndicat UGICT-CGT.

Un comité central d’entreprise est prévu ce vendredi.

Ce rachat marque un nouveau pas d’importance dans la stratégie d’investissements du Qatar dans l’Hexagone, qui accueille environ 10 % des investissements de l’émirat à l’étranger.

AFP

NOTE: Cet article n'est publié sur ce blog que pour montrer que le modèle de distribution que propose Brazza Vitrine Africaine de la Mode est le même que celui des magasins le Printemps. Donc le modèle économique de ce projet est fiable. Par conséquent, il est plus que probable que BVAM atteigne les 5000 créations d'emplois envisagés sur le sol français avant la fin du mandant de François Hollande.

Le manque d' enthousiasme du locataire de l'Élysée par rapport à cette initiative pose le problème de sa détermination dans la lutte contre le chômage.

Car ce ne sont pas avec les recettes de grand-mère qu'il est possible d'inverser la courbe imposer par ce fléau.

BVAM est un projet porté par des congolais. Il sollicite une politique africaine de la France qui oblige le Président Denis Sassou Nguesso de convertir les pétro CFA congolais en créations d'emplois.

Philippe Assompi

 

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 18:51

Un article paru dans le n°650 de "La lettre du continent" pose implicitement la question.

 

Bye-bye l’esprit Tour Eiffel !

pascalcanfinministre-300x142-copie-2.jpgTricard à l’Elysée et excédé par l’affaire des biens mal acquis (BMA), Denis Sassou Nguesso joue de plus en plus contre la France, notamment sur le plan économique.

L’entourage de Denis Sassou Nguesso a éloigné la France des priorités du Président congolais. Il ne cesse de pousser le chef de l’Etat à diversifier l’économie du Congo-Brazzaville et à renforcer ses relations – surtout économiques – avec d’autres partenaires. Ainsi, plusieurs projets lancés récemment dans le cadre de la politique des grands travaux ont échu à des intérêts chinois, russes, brésiliens ou turcs… Des chantiers que des entreprises françaises n’auraient pas manqué, jadis de remporter. Si Bolloré aménage – malgré tout – le terminal à conteneurs de Pointe-Noire, pour un investissement de 540 millions €, la construction d’un nouveau port dans la future zone économique spéciale (ZES) de la capitale pétrolière est revenue à la Société nationale chinoise des travaux de ponts et chaussées (SNCTPC), dirigée par Liang Qingshan.FrancAfrique.jpg

Malgré un intense lobbying exercé auprès de Sassou par Jean-Jaques Bouya, Ministre chargé des grands travaux, Pékin a perdu la bataille du gazoduc dans le pays.

Long d’environ 900km, ce dernier doit relier Pointe-Noire et Brazzaville à Oyo, village natal du chef de l’Etat. Ce projet a été attribué à la compagnie russe Stroytransgaz, détenue à 80% par l’homme d’affaires Guennadi Timchenko. Le marché a été conclu, en novembre dernier, lors du voyage du président congolais à Moscou. Le Directeur Général de la Société Nationale des Pétroles du Congo(SNPC), Jérôme Koko, penchait, de son côté, un consortium composé des groupes ENI-Saipem-Total.

Les investisseurs turcs sont les nouveaux entrants sur le marché congolais. Conduite par Hikmet Tinaztepe, coordonnateur général de la société turque Löher, une importante mission d’hommes d’affaires turcs de ce pays a été reçue, le 11 décembre à Brazzaville, par le Ministre de l’économie, Gilbert Ongongo. Les turcs devraient investir dans le BTP, l’industrie et l’énergie.

Grégoire Tchimpounga

Un Congo déchainé

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 12:34
Les biens mal acquis, sale temps pour les Sassou


De l’argent d’assurances-vie envolé au Liban, du cash qui arrive à San Marin ou de Malte : le fric du clan à la tête du Congo intéresse l’enquête des « biens mal acquis ».

HOLLANDE---SASSOU-NGUESSO.jpg

Ils ont bon dos, les petits-enfants de Denis Sassou Nguesso. On blanchit du fric sur leur dos et ils n’en savent rien, les bouts de chou. Que diront-ils à leur papa, Denis Christel, le fils du potentat du Congo, lorsqu’ils seront en âge de comprendre que des assurances-vie à leur nom ont servi, soupçonne Tracfin (Traitement du Renseignement et Action contre les Circuits FINanciers clandestins), à blanchir del’argent ? Le service anti- blanchiment de Bercy, une structure qui ces temps derniers était plus loquace quand il s’agit de taper sur les dictateurs africains que sur les politiques français, a en effet pondu en avril 2002 une note passée inaperçue jusqu’à présent, mais qui vaut son pesant d’euros, à défauts de francs CFA.
Tout jeune député, Denis Christel, donc, le fiston de Sassou – surnommé le prince héritier -, est, par la grâce de son papa, numéro deux officiel de l’entreprise pétrolière d’État, mais patron officieux de cette machine à cash. L’or noir devenu la ressource du clan Sassou…
De San Marin aux Seychelles
De quoi peut-être lui occasionner quelques soucis à Paris, où l’enquête sur les « biens mal acquis » vise l’autocrate congolais, comme ses homologues du Gabon et de Guinée équatoriale. Denis Christel Sassou a en effet attribué à ses trois enfants, Ilona-Anaëlle (née en 2004), Lily-Anne (2006), et Denis-Ylan (2008), des contrats d’assurance-vie ouverts dans la filiale de Barclays, Barclays-Vie, et les a tous rachetés fin janvier 2012. Les montants de rachat (brut) ne sont pas négligeables : 358 000 euros pour la première, 354 000 euros pour la seconde et 248 000 pour le dernier. Et, comme le signale Tracfin, les fonds se sont envolés. Pas au Congo, mais au Liban. Le pays du secret bancaire où les banques ressemblent à des citadelles inviolables. Voilà encore un bon million qui échappe au peuple congolais.
Depuis que Sassou est l’une des cibles des juges, c’est toute la famille qui déguste. Pas moyen de dépenser tranquillement ses millions en France. Regardez une autre de ses filles, la pauvre Julienne. Avec son mari, Guy Johnson, ils ont acheté un hôtel particulier à Neuilly en 2006, pour 3,2 millions d’euros. Le parquet de Paris a demandé une enquête, le 9 septembre 2011, après que Tracfin a signalé les faits et surtout pointé du doigt le financement de la demeure.
La note de six pages du service anti-blanchiment, que Charlie a pu consulter, détaille « le financement d’un bien immobilier avec des fonds susceptibles de provenir de corruption ou de détournements« , c’est-à-dire l’achat par le couple Sassou-Johnson, via une SCI, de la bâtisse de Neuilly et la rénovation royale à laquelle il s’est livré, pour un montant astronomique de 5,3 millions. Investissement total : 8,5 millions d’euros, et zéro emprunt. Que du cash viré depuis plusieurs banque du San Marin (une micro-principauté européenne longtemps considérée comme un paradis fiscal), du Congo et encore d’un établissement de Malte.
Les comptes bancaires, détaille le document, appartiennent à Johnson, à Mme Sassou ou encore à une mystérieuse société, la Maritex, immatriculée aux Seychelles, ce petit paradis pour touristes. Cette structure étant visiblement propriété de la dame. « Selon une attestation produite par le directeur de cette société, le compte de la société a été alimenté par le produit de la vente des parts détenues par Mme Johnson dans la société Orascom Télécom Congo, écrit Trafin. Il semblerait qu’elle puisse être liée à des opérations de corruption entre le président et un homme d’affaires égyptien Naguib Sawiris. » Soupçonner de corruption la fifille à son papa ? Quelle insolence !
ARTICLE-PROCHAIN.jpgLes carottes sont cuites, ou presque. « L’urgence, c’est que Manuel Valls réponde à la demande de l’organisation Transparency International d’affecter à ces enquêtes un nombre de policiers suffisant pour cette affaire complexe. Jusqu’à présent, il n’y avait qu’un seul OPJ », explique William Bourdon, l’avocat de l’association. En attendant, il ne reste aux Sassou qu’une seule chose à faire, prendre vite comme Depardieu, le chemin de la Belgique!

Charlie Hebdo du 26 Décembre 2012 - Laurent Léger

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 18:34

 

L'INSEE revoit à 0,1 % sa prévision de croissance pour début 2013

chomeur.JPG

L'économie française va commencer l'année 2013 sans aucun élan et elle continuera à détruire des emplois au premier semestre, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), qui a révisé à la baisse sa prévision de croissance pour 2012, mais ne prévoit pas de récession d'ici à juin.

 

"Notre prévision peut être résumée en trois mots : toujours pas d'élan", a déclaré le chef du département de la conjoncture, Cédric Audenis, jeudi 20 décembre, en présentant la note de conjoncture de décembre, dont les perspectives vont jusqu'à fin juin.

 

Cette faiblesse risque de compliquer la tâche du gouvernement, qui mise sur une croissance de 0,8 % en 2013 pour tenir ses objectifs de réduction des déficits publics à 3 % du PIB à la fin de l'année. L'Insee, lui, prévoit un petit 0,1 % de croissance du produit intérieur brut (PIB) sur les deux premiers trimestres et a revu à 0,1 % au lieu de 0,2 % sa prévision pour 2012.

RÉCESSION AU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2012

degradation-du-marche-du-travail.jpg

Pour le quatrième trimestre de cette année, l'Institut s'attend à une contraction de 0,2 % du PIB par rapport à celui du trimestre précédent. En revanche, la perspective d'une croissance positive début 2013 écarte l'hypothèse d'une récession (deux trimestres consécutifs de contraction).

 

Si le scénario de l'Insee se concrétise, il faudra au second semestre une croissance non négligeable de quasiment 1 % par trimestre pour atteindre la progression de 0,8 % de l'activité économique escomptée.

 

Francois-Hollande-copie-1.jpgA la fin de juin, l'acquis de croissance pour l'ensemble de l'année 2013, c'est-à-dire le résultat qui serait constaté si le PIB devait stagner au cours des deux derniers trimestres, serait ainsi de 0,1 % seulement.

 

Avec une croissance en berne, le chômage devrait, lui, s'accroître. A 9,9 % au troisième trimestre 2012 (10,3 % départements d'outre-mer (DOM) compris), le taux de chômage devrait atteindre 10,5 % de la population active au deuxième trimestre 2013 en France métropolitaine (10,9 % DOM compris), selon l'Insee.

 

Le Monde

 

NOTE: Tous les économistes concordent à dire que la croissance en 2013 serait la sœur jumelle de celle de 2012 c’est-à-dire destructrice d’emplois.

Droit dans ses bottes, contre vents et marées, François HOLLANDE, persiste et signe, il prédit 0.8 de croissance en 2013.

Malheureusement si on se réfère aux promesses de campagne de ce dernier et on voit comment celui-ci a géré le dossier d’Arcelormital Florange, on est en droit de se poser des questions sur la fiabilité des prévisions de l’actuel locataire de l’Élysée.

À savoir que c'est à partir 1.5% que la croissance génére des créations d'emplois.

Les résultats des élections partielles des 09 et 16 Décembre 2012 prouvent que les français boudent l’orientation que le Président de la République est entrain de donner à sa politique.

Alors qu’en serait-il pour les municipales de 2014 si les prévisions de l’INSEE pour 2013 se relevaient exactes ?

Les Députés et élus socialistes demandant à François HOLLANDE de ne pas oublier l’urgence sociale, priorité à l’économie, n’ont pas tord de tirer la sonnette d’alarme au lendemain de ces échecs électoraux. Car c’est maintenant qu’il faut corriger le tir pour éviter une probable déconvenue en 2014.

"Qui veut aller loin ménage sa monture."

Au moment où les pays concurrents se tournent vers l’Afrique pour aller capter la croissance, la politique de François HOLLANDE, prisonnière des dogmes nés des accords électoraux, manque d’audace et d’enthousiasme.

Pour quelqu’un qui promettait de réenchanter le rêve français après les durs années du sarkozisme, François HOLLANDE est entrain de réussir l’exploit, en moins d’un an, de se mettre à dos toutes les couches qui l’ont porté au pouvoir.

En parlant d’Afrique, comment peut-on laisser un pan de la diplomatie française aux mains d’un seul parti, les Verts, fut-il exempt de tout soupçon.

Ne serait-il pas bénéfique dans l’intérêt du plus grand nombre d’ouvrir un débat à ce sujet afin d’optimaliser voire de rentabiliser au mieux cette relation ?

En temps de crise, on ne tergiverse plus. On va droit au but. On va chercher l’emploi. C’est-ce que fait la Chine en Afrique. C’est-ce que doit faire la France. Si le modèle chinois est ce qui marche le mieux, il n'y a pas de honte à le copier.

L’INSEE prévoit 75000 destructions d’emplois au premier semestre 2013. Une indication qui peut servir de repère pour une évaluation à mi-parcours de l'années indiquée.

Si ces prévisions s'averaient exactes, il ne faut pas que la gauche se fasse trop d'illusions pour les municipales de 2014.

Pour ne pas être dans l’opposition, il faut savoir conserver le pouvoir. Apparemment la gauche ne sait pas le faire. 
Et, c’est dommage

Philippe ASSOMPI

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 10:09

charbon--1-.jpgLe charbon polluant et ses gueules noires, roi du XXIe siècle ? Tiré par l'immense appétit de la Chine, King Coal devrait d'ici 5 à 10 ans détrôner le pétrole comme première source d'énergie mondiale, a averti mardi l'Agence internationale de l'Energie (AIE).

 

Grâce à des ressources abondantes et d'une demande insatiable d'électricité des marchés émergents, le charbon a représenté près de la moitié de l'augmentation de la demande mondiale d'énergie lors de la première décennie du XXIe siècle, souligne l'organisation énergétique des pays développés.

 

Dans un long rapport, l'AIE se penche sur l'évolution du marché du charbon dans les cinq ans à venir. Conclusion: en 2017, la consommation de charbon devrait représenter 4,32 milliards de tonnes équivalent pétrole, tout près des 4,4 milliards de l'or noir.

 

La part du charbon dans le bouquet énergétique mondial continue de progresser chaque année, et si aucun changement n'est fait aux politiques actuelles, le charbon rattrapera le pétrole d'ici une décennie, avertit la patronne de l'organisation basée à Paris, Maria van der Hoeven.

 

Comme le résume l'AIE, le charbon c'est la Chine. La Chine c'est le charbon. A lui seul, le géant asiatique, qui inaugure les centrales électriques à charbon à tour de bras, a représenté l'an dernier 46,2% de la consommation mondiale.charbon

 

Le cap des 50% devrait être franchi dès 2014, signifiant que la Chine consommera à ce moment là plus de charbon que tous les autres pays réunis. 

 

Mais la tendance est générale: l'AIE s'attend à ce que la demande de charbon augmente dans toutes les régions du monde, à l'exception notable des États-Unis. L'Inde devrait ainsi ravir la place de deuxième consommateur mondial aux Américains d'ici 2017. 

 

Gaz de schiste, meilleure arme contre le charbon ?

  gaz-de-schiste.jpg

Dans son tableau très noir, seuls les États-Unis font exception: le boom des gaz de schiste (eux-même controversés pour leurs risques environnementaux pour les sous-sols) y a entraîné une chute des prix du gaz qui a rendu le charbon beaucoup moins intéressant.

 

En l'absence d'un prix élevé du carbone qui pénaliserait les énergies polluantes, seule une concurrence féroce d'un gaz à bas prix permet effectivement de réduire la demande de charbon, fait valoir l'AIE. L'Europe, la Chine et d'autres devraient en prendre note, estime Mme van der Hoeven.

 

Reste que le déclin du charbon aux États-Unis a entraîné un bond des exportations américaines, notamment vers l'Europe, note l'AIE. Conséquence: les prix du charbon en Europe ont chuté de 130 dollars la tonne en mars 2011 à 85 dollars en mai 2012.

 

Et même dans un Vieux Continent aux objectifs environnementaux plus ambitieux, certains pays se tournent davantage vers le charbon.

 

Ainsi, lors du premier semestre 2011, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne ont tous les trois produit significativement moins d'électricité à partir de gaz (moins générateur de gaz à effet de serre), tout en produisant notablement plus à partir du charbon, souligne l'AIE.

 

Aujourd'hui, le charbon représente déjà près de 28% de l'énergie consommée dans le monde et est la première source d'électricité, selon l'AIE.

 

Le constat de la percée du combustible sonne comme un avertissement au moment où les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique passent au second plan.

 

D'autant que la principale piste d'un charbon plus propre, le captage et stockage de CO2 émis lors de sa combustion, n'a pas décollé comme prévu, déplore l'AIE.

 

Le résultat, c'est que sans restriction à la consommation de charbon avec des politiques climatiques, la demande et le CO2 continueront à augmenter, s'alarme-t-elle.

 

 

(©AFP / 18 décembre 2012 10h53) 

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 16:10

logo-ps.jpgUne quinzaine de députés et élus socialistes ont écrit au président François Hollande pour lui demander de modifier son cap afin de répondre à « l'aspiration légitime des salariés et des ouvriers modestes à améliorer leurs conditions de vie matérielles ».

« Il est urgent de remettre l'agenda économique et social en tête des priorités de l'action gouvernementale », écrivent, dans une lettre publiée lundi par Le Parisien-Aujourd'hui en France, ces élus, sous la houlette de Laurent Baumel, député-maire de Ballan-Miré (Indre-et-Loire), Philippe Doucet, député-maire d'Argenteuil (Val-d'Oise) et François Kalfon, conseiller régional d'Ile-de-France.

drapeau francais 1« Le scepticisme croissant des couches populaires et moyennes, qui ont pourtant joué un rôle-clé dans l'élection de François Hollande, nous invite à hiérarchiser notre action, car elles attendent d'abord des réponses fortes sur le terrain du pouvoir d'achat et de l'emploi », ajoutent ces députés, dont certains issus des anciens réseaux de Dominique Strauss-Kahn.

« Si nous souscrivons à l'objectif de redressement des comptes publics et de la compétitivité de nos entreprises poursuivi par le gouvernement, nous pensons qu'il faut l'accompagner de la mise en place de la grande réforme fiscale redistributive annoncée par François Hollande pendant sa campagne », expliquent les signataires.

Il s'agit, selon eux, de « restituer du pouvoir d'achat aux millions de salariés qui subissent la stagnation salariale et la difficulté croissante à boucler les fins de mois, à mettre de l'essence dans le réservoir, à payer le loyer ou les études des enfants. »


La lettre est signée de:

 

- Laurent Baumel, député-maire de Ballan-Miré (Indre-et-Loire)

- Philippe Doucet, député-maire d'Argenteuil (Val-d'Oise)

- François Kalfon, conseiller régional d'Ile-de-France

- Sylviane Alaux, députée de Pyrénées-Atlantiques

- Christian Assaf, député de l'Hérault

- Isabelle Bruneau, députée de l'Indre

- Anne-Yvonne Le Dain, députée de l'Hérault

- Michel Lesage, député-maire de Langueux (Côtes-d'Armor)

- Jean-Philippe Mallé, député des Yvelines

- Dominique Potier, député de Meurthe-et-Moselle

- Patrice Prat, député-maire de Laudun (Gard),

- Jacques Valax, député du Tarn

 

CBANQUE,

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons