Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 08:32

Mboura a bï.

Après un passage bref mais remarqué dans la célèbre émission « Top chef » de la chaîne M6, le jeune chef cuisinier originaire du Congo Brazzaville poursuit une fructueuse carrière dans les hautes sphères de la gastronomie internationale.

Dieu-copie-2.jpg

De Linzolo en République du Congo où il est né à la France où il évolue, en passant par l’Allemagne son premier pays d’accueil en Europe, le jeune homme de 22 ans est le fruit d’un métissage culturel et gastronomique. Son style culinaire qualifié d’« Afro Fusion », est un mélange de cuisine allemande, africaine et française.

Dieuveil Malonga, issu d’une famille de deux enfants, n’a pas bien connu ses parents partis trop tôt. Sa mère, commerçante, meurt dans un accident alors que son fils n’a que trois ans. Six ans plus tard, son père meurt pendant la guerre qui a sévit dans son pays. Diueveil et sa sœur grandissent entourés des proches de la famille. Ces derniers témoignent régulièrement au jeune garçon les qualités culinaires de sa mère. « C’est peut-être l’une des raisons qui me motive à vouloir transcender les saveurs de la cuisine africaine», explique le jeune chef dont l’ambition estde contribuer à faire véritablement entrer la cuisine Afro-Fusion au rang de haute gastronomie.

 

Le tournant

 

Après une enfance passée au Congo, Malonga arrive en Allemagne à l’âge de 15 ans avec sa sœur, accueillis par la famille d’un pasteur. Un nouveau foyer, une nouvelle vie et une nouvelle culture. « Les sensations et les émotions étaient nombreuses et intenses », se rappelle-t-il. C’est en mitonnant des petits plats au sein de sa famille d’accueil que Dieuveil Malonga développe un goût prononcé pour l’art culinaire. Les multiples options du système éducatif allemand lui permettent d’effectuer des cours de musique et de cuisine. Passionné et assidu, il ne tarde pas à se faire remarquer et remporte 9 concours culinaires sur les 16 auxquels il participe pendant ses études. Ces victoires construisent sa réputation de jeune chef prometteur. C’est ainsi qu’après l’obtention de son diplôme il intègre les équipes de prestigieux restaurants étoilés en Allemagne notamment Schote, la Vie et l’Aqua.

 

Demi-chef de Partie

 

Après l’expérience allemande, la carrière de Dieuveil Malonga se poursuit en France, principalement à Marseille. Il contribue, en tant que Demi-chef partie, au lancement du restaurant gastronomique de l’hôtel Intercontinental de cette ville. Recruté lors d’un casting par M6 il participe à l’édition 2014 de l’émission « Top Chef », diffusée sur la chaîne française. Mais cet habitué des concours ne dépasse pas l’étape des premières épreuves et des défis imposés par le jury de l’émission. Son élimination précoce est loin d’avoir entamé le moral et l’ambition de « Chef Malonga ». L’émission a plutôt constitué pour lui une grande opportunité. « J’ai fait goûter ma cuisine à de grands chefs, ça n’a pas de prix! », s’est-il réjoui. Parmi les plats cuisinés lors de cette compétition, la salade en forme de carte d’Afrique du jeune chef a attiré l’attention des téléspectateurs. « Je l’ai travaillée pendant un an et c’est le symbole de ma cuisine fusion. J’étais vraiment fier de présenter cette assiette», explique-t-il.

 

Offrir une cuisine haut de gamme

 

dieuveil.jpgA la suite de cette enrichissante expérience médiatique, Dieuveil Malonga propose désormais ses services aux particuliers et aux entreprises avec comme leitmotiv d’offrir une expérience culinaire sur mesure et haut de gamme. « Mon métissage culturel est ma force. Elle m’offre une palette d’associations d’ingrédients, de technique, de matières et d’influences sans fin », argumente-t-il. Chef Malonga souhaite ouvrir un restaurant en France pour proposer le style culinaire « Afro fusion » aux papilles de ses clients. Malonga, en lingala, signifie à la fois chance, réussite, victoire et raison. « Mes racines et mes valeurs sont ancrées dans mon nom, qui est l’héritage que je garde à tout jamais de mes parents ». Ces quatre mots résument ainsi le parcours singulier et l’avenir de ce jeune chef débordant d’imagination et qui s’évertue sans cesse à vouloir surprendre au travers de son art culinaire.

 

Patrick Ndungidi

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons