Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 22:35
« Le Congo subit une véritable hémorragie financière »
ikiemiL’auteur de ces propos est un spécialiste des banques et de la finance. Contrairement à nombre de ses congénères qui évoluent dans l’administration publique, cet universitaire de 45 ans exerce, depuis une année, dans sa propre structure spécialisée dans le change, le transfert et le microcrédit. Dans cet entretien exclusif avec Les Dépêches de Brazzaville, Serge Ikiémi, auteur de plusieurs essais, se livre à une analyse du secteur bancaire congolais
Quelle lecture faites-vous aujourd’hui de la situation des banques au Congo ?
Le Congo compte actuellement une dizaine de banques chapeautées par la Banque des États de l’Afrique centrale (Béac) et la Banque de développement des États de l'Afrique centrale (Bdéac). La première coordonne et la seconde s’occupe des questions de développement. Au sortir de la guerre (1997), vu le niveau de délabrement du secteur, l’État a dû procéder à la libéralisation et à la privatisation. Aujourd’hui, le secteur est assaini au point que les banques sont même en surliquidités.
Comment expliquez-vous cette surliquidité ? Est-ce un atout ou une menace ?
Elle est la conséquence du système en amont. Après que le secteur a été assaini et repris par les étrangers, on a constaté un regain de confiance avec des particuliers qui sont revenus épargner en masse. S’ajoute à cela la frilosité des banquiers à accorder des crédits au regard des premières expériences de non-remboursements. Cette peur des banquiers à libérer les crédits explique donc la surliquidité.
L’autre explication repose sur le fait que les usagers n’arrivent pas à présenter des projets bancables, techniquement bien ficelés, avec un business plan, etc.
Quels sont selon vous les défis pour les banques installées au Congo ?
Il y a surtout l’inculture des usagers qui ne comprennent pas l’outil bancaire. Ce qui nécessite un travail de pédagogie sur les produits bancaires en commençant par la monétique, les cartes bancaires, car les clients ne sont pas encore habitués à ce type de produits. Il va falloir aussi éduquer les populations et les opérateurs économiques dans la conception des projets.
Est-ce ce qui explique le faible taux (5%) de bancarisation dans notre pays ?
Le taux de bancarisation est encore très faible au Congo et cela est dû à l’infrastructure qui n’est pas encore réellement en place. Je fais allusion à l’Internet, à l’électrification, à la téléphonie et à l’agglomération qui reste concentrée entre Brazzaville et Pointe-Noire (deux grandes villes du pays). Ailleurs, l’infrastructure demeure un luxe. C’est ce défi qu’il faut relever.
Seule une urbanisation équilibrée pourrait renverser la tendance en créant un déclic chez les banquiers qui suivraient alors le mouvement. Or au Congo, l’activité économique n’est visible que dans les trois grandes villes du pays avec des exceptions pour Nkayi (la Bouenza), où on compte des industries sucrières et de cimenterie, et à Ouesso (la Sangha) grâce à la présence des sociétés forestières comme CIB et IF0.
On retient donc que le développement des banques est lié à celui du pays en général. Plus il y aura déconcentration des populations, plus les banques vont élargir leurs activités.
En lisant vos nombreux ouvrages, vous évoquez la fuite des capitaux…
C’est une réalité au Congo. Et nous parlons même d’hémorragie financière, car il y a plus de transferts financiers en direction de l’étranger que d’entrées. Nous sommes à 90% d’envois contre 10% de réceptions. À moyen ou long terme, le phénomène peut constituer une menace parce que cela suppose que l’économie congolaise est extravertie et que le pays vit essentiellement des exportations. Il faut inverser la pyramide en poussant les Congolais à produire de la valeur ajoutée. Je pense aux produits manufacturés pour augmenter nos exportations afin de faire entrer des devises.
Calebasse.jpgUn autre problème, c’est la sécurité financière à cause du secret bancaire qui laisse à désirer au point de générer des craintes chez ceux qui ont amassé des « fortunes honteuses ». Pour ces gens qui ont gagné leur argent de manière impropre, il est honteux d’exhiber cette fortune. Ils sont obligés de le garder à l’étranger, craignant d’investir localement. C’est un manque à gagner pour l’économie alors que l’idéal serait que ces personnes se sentent en sécurité en épargnant sur place. En majorité, il s’agit d’opérateurs politiques. Si on peut créer des conditions de sécurité pour ces « fortunés honteux », l’économie en tirerait profit. Il est aussi vrai que certains individus manifestent une crainte de l’inconnu. Les lendemains étant incertains en Afrique, chacun reste plus ou moins prudent.
« Le franc CFA : d’où vient-il, où va-t-il ? » est le titre d’un de vos ouvrages. Avez-vous des réponses aux questions que vous soulevez ?
Le CFA va dans les difficultés. Un avenir qui annonce des hauts et des bas du fait que, pour l’heure, son arrimage à l’euro occulte l’indépendance financière de nos pays, dont la santé financière dépendra de l’Europe. Du point de vue de la stabilité, nous en tirons profit, car le franc CFA, soutenu par la Banque française hier, est aujourd’hui soutenu par la Banque européenne. Mais sous l’angle de la souveraineté, nous perdons. La souveraineté suppose un pays, un territoire, une monnaie. Or, nous avons les deux premiers, mais nous n’avons pas de monnaie. Nous sommes dans ce cas soumis à l’épreuve de dévaluation à moyen ou long terme. Il nous faut des plans A, B et C pour faire face, un jour, à l’imprévu.
Je suis pour la monnaie africaine. Je vis comme une révolte le fait que le CFA de l’Afrique de l’Ouest soit d’abord évalué en euro pour une consommation en CFA d’Afrique centrale. Cette perte des changes d’une zone à une autre doit nous interpeller.
Propos recueillis par Jocelyn Francis Wabout

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons