Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 12:08

clio4 jpg1

L'État ne laissera pas Renault implanter la production de la future Clio 4 en Turquie. C'est en substance le message qu'à voulu faire passer le gouvernement, après des rumeurs de presse faisant état d'une telle éventualité. Mardi, le ministre de l'Industrie Christian Estrosi avait affirmé que la Clio (4, ndlr) serait ''produite en France pour être vendue en France.'' Le lendemain, il recevait le directeur général de la marque au losange à Bercy pour obtenir des explications. Et, pour ne pas relâcher la pression, samedi, c'est le Président lui-même qui recevra le pdg de Renault, Carlos Ghosn.

Mais cette fermeté affichée pourrait bien être contrecarrée par la Commission européenne. Jeudi, la commissaire à la concurrence Neelie Kroes rappelle qu'en 2009, la Commission a obtenu un "engagement clair des autorités françaises pour que les prêts aux constructeurs automobiles nationaux n'affectent pas la liberté des constructeurs de développer leur activité économique sur le marché intérieur européen (...) et n'imposent aucune condition sur la localisation de leurs usines
". C'était en effet l'une des garanties exigées par Bruxelles pour que la Commission donne son feu vert à la signature du pacte automobile en février 2009. Renault et Peugeot ont ainsi bénéficié chacun de 3 milliards d'euros d'aide du gouvernement.

Éviter "la spirale du nationalisme économique"

"La Commission s'assurera que cet engagement est respecté", poursuit la commissaire, qui dit avoir demandé à ses services de "contacter les autorités françaises dès que possible pour obtenir des explications sur la contradiction apparente entre les déclarations du ministre de l'Industrie, Christian Estrosi, et les engagements pris dans un courrier par (l'ancien, NDLR) secrétaire d'État à l'industrie, Luc Chatel, en février 2009".

La commissaire ajoute qu'elle a toujours adopté une "position dure contre tout réflexe protectionniste". "Le nationalisme économique risque de provoquer une spirale de protection qui aggraverait la crise et détruirait toute chance de redémarrage."

Jeudi soir, Christian Estrosi a répondu indirectement à la commissaire européenne à la concurrence sur Europe 1, "Ce que je dis à Neelie Kroes (...) c'est que les conditions que nous posons à Renault ne sont pas fondées par rapport aux aides que nous avons apportées dans le cadre du plan de relance, mais simplement au titre de l'actionnaire qu'est l'État (à hauteur de 15 %, NDLR)", a-t-il fait valoir. Par ailleurs, Pierre Lellouche, secrétaire d'État chargé des affaires européennes, "s'étonne" d'une possible remise en cause, par Neelie Kroes, de "la légalité des prêts accordés par l'État français en 2009 à Renault dans le cadre du plan de relance, alors même que le gouvernement n'a pas été saisi officiellement". Ces aides "sont totalement compatibles avec le droit communautaire, comme la Commission l'a elle-même reconnu à l'issue d'échanges approfondis avec les autorités françaises à l'époque", rappelle le secrétaire d'État.
"Rien, dans les engagements souscrits, n'interdit à l'État actionnaire d'échanger avec la direction de Renault sur la stratégie de l'entreprise et de marquer son souhait de voir un véhicule destiné au marché européen produit dans l'Union européenne".

Le Point.fr


NOTE:

Le Congo Brazzaville, avec son pétrole, doit s’en inspirer pour sortir son peuple de la misère.

Dans un monde de plus en plus concurrentiel et face au capitalisme sauvage qui vient avec la crise financière de montrer ses limites, sans basculer dans le protectionnisme, l’économie de demain c’est un mélange de fonds publics, pour garantir la souveraineté de chaque état, additionné à l’investissement privé sans lequel nul pays ne peut prétendre au développement. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans bvam
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons