Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 13:43

Il existe un mouvement culturel propre au Congo, nommé SAPE, qui consiste à se porter des tenues vestimentaires recherchées, voire voyantes à l’instar du dandysme anglais de la fin du XVIIIème siècle.
Et les représentants de ce courant sont désireux de faire de Brazzaville une véritable capitale de la mode.
Le congolais Philippe ASSOMPI, tanneur-modéliste en chaussure et maroquinerie, travaille dans ce but afin de faire de la République du Congo un modèle de modernité, toujours au top des nouveautés, et ce pour l’ensemble de l’Afrique. Ce projet se nomme Brazza Vitrine Africaine de la Mode.
ASSOMPI communique et diffuse à nombre d’institutions les éléments indispensables à la réalisation de son projet, en vue d’obtenir des financements pour propager cette image moderne du pays.
Au-delà de l’aspect quelque peu extravagant du mouvement, il s’agit de faire oublier la notion de « Pays en voie de développement » lorsque le nom du Congo est évoqué.
Et, ce qui est d’autant plus louable, c’est que Brazza Vitrine Africaine de la Mode veut permettre aux trop nombreux chômeurs congolais de reprendre une activité honorable. De fait, le projet proposerait des formations ainsi que des transferts de compétences.
Cette vision rejoint celle du Président NGUESSO qui tend à réduire le chômage et faire du Congo un pays industrialisé, équipé des dernières technologies, donc en phase avec son temps.
ASSOMPI lui-même affirme vouloir « servir de laboratoire au programme présidentiel, l’industrie de la mode étant un gisement en terme de créations d’emplois ».
Alors avis aux investisseurs !

 

Source: SASSOUNGUESSO.INFO

Article du 12 Octobre 2009

 

NOTE: Wow c'est énorme et solide votre projet monsieur.
Création d'emplois + valeur culturelle + perspective internationale. j'espère profondément qu'il aboutira très bientôt.
Hé oui c'est au congolais de se sortir de la misère lui même. Vous êtes l'un des rares exemples.

Demoryan Congo Brazza 


Bénéficiant du soutien du Président Nicolas SARKOZY, Brazza Vitrine Africaine de la Mode serait un appât pour les investisseurs étrangers si le Président congolais rendait la politesse à son homologue français, la mode étant en terme d’image un outil très efficace pour valoriser un pays.

C’est une opportunité pour mettre en exergue ‘’Le Chemin d’Avenir ‘’ sur la scène internationale. D’autant plus que ce projet met en évidence des milliers, voire des dizaines de milliers d’emplois.

Riche pays pétrolier, le Congo a les moyens de bâtir une industrie qui soit leader de la mode en Afrique avec tout les avantages que cela implique en matière de notoriété.

Il appartient au Chef de l’Etat congolais d’imprimer une volonté politique qui donne du relief à BVAM.

Un projet indéniablement qui fait l’unanimité, voir sur Congo Plus.
 la chutte du débat haut combien symbolique.


Remerciements à

 

Kovalin Tchibinda

pour le franc soutien.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article

commentaires

Philippe ASSOMPI 07/11/2009 15:33



Franchement, j’aime ce RAOUL et non celui qui s’est retiré publiquement du débat sur CONGOPLUS.


Car au-delà des erreurs du pouvoir de Brazzaville, le débat doit être contradictoire.


Nul n’a le monopole de la raison.


Philippe ASSOMPI



Raoul BACARY 07/11/2009 13:19


Récemment sur Canal + en france, on a parlé de la SAPE et des Sapeurs congolais.
Des images ont été montrées. on a rappelé qu'un grand couturier Londonien s'est inspiré des sapeurs congolais lors de la présentation de sa création.
Il serait dommageable que nous les Congolais, ne voyions pas que ce mouvement, cet art qu'est la SAPE, l'Art de s'habiller avec élégance en harmonisant les couleurs ( telle est ma déifinition de la
chose), inspire de grands couturiers occidentaux, et que nous n'y voyons que des choses négatives.
Philippe DOIT continuer dans sa lutte pour la promotion de BVAM.
C'est lui qui a raison.
Il vaut mieux avoir eu raison trop tôt plutôt que de croupir dans l'ignorance.
Celà s'appelle de la clairvoyance.
Bravo Philippe.


kengue servais 02/11/2009 16:50


je suis fort choque par les interventions des uns et des autres,toujours de la potique,des querelles de formes,et non l'apport de fond.Nous avons toujours la pretation peut-etre vraie,de nous dire
meilleurs porteurs vestimentaires en AFRIQUE,CE QUI EST VRAI,je le confirme,puisque je me reconnais dans ce mouvement depuis ma tendre enfance,mais et c'est la que le bas blesse :aucun congolais,ni
congolaise mannequins.Dans ce grand monde de la mode,aucun congolais.Maintenant qu'un compatriote par un elan personnel essaie de concretiser cette realite,tout le monde le critique ou le taxe de
tout.Le chemin a parcourir est certes difficile.. .il n'ya jamais eu de grande realisation sans grand reve...arretons donc de faire de la polique partout.Le temps ou l'etat s'occupait de tout est
depasse.ET,CROYEZ-MOI,AUJOURD'HUI,PLUSIEURS CONGOLAIS REUSSISSENT DANS LES AFFAIRES SANS AVOIR DES AFFINITES POLITIQUES.Comme disait KENNEDY.".IL NE S'AGIT PLUS DIRE LE PAYS NE FAIT RIEN POUR
MOI,MAIS PLUTOT CE QUE JE FAIS POUR LE PAYS"je ne dis pas qu;il ne faut pas critiquer les poliques congolais mais de le faire sur des tribunes appropriees a cet effet,et des tribunes poliques
,c'est pas ce qui manque,croyez-moi,en plus pendant que des milliards de f.c.f.a sortent du pays,le mal ou si un fils du pays peut bene ficier de cet argent pour le garder et le fructifier sur
place?ceux qui comme moi,comme une grande majorite des congolais adorent les beaux habits,seront des contents si pour une fois,il nous est donner la possibilite de prouver que nous sommes les
meilleurs dans le domaine de la sape(mode)en Afrique.Pour ceux qui n'aiment pas ce mouvement,allez vous faire voir ailleurs.Polique,polique,si on vous mettait a la place de ceux qui sont la,vous
serez plus mechants.Qui savait au temps de MARIEN-NGOUABI,QU'IL Y;AVAIT UN MONSIEUR QUI MONTAIT JUSQU'A MARQUE EN MAL TOUT LE CONGO,pour l'instant nous les sapeurs intellectuels,nous avons pris
pour habitude de pas melanger la polique avec la sape.MAIS LORSQU'IL S'AGIT DE PARLER POLIQUE, CROYEZ-MOI,NOUS CONNAISSONS L'HISTOIRE DE CE PAYS,COMME TOUT BON CONGOLAIS.FILS OU FILLE DE CE PAYS.


dr back jardel 31/10/2009 13:01


La sape est un fait a ne pas négliger,si l'on en croit son caractère mondial ,j'allais dire naturel de se vétir ,sauf là on n'utilise l'élégance dans la qualité et on retouve ce besoin
même chez les enfants qui préfèrent ceci à cela et  ceux à bas âge qui font même le choix des couleurs pour les habits que les parents veulent les offrir;pour les adultes,nous avons
toujours un choix d'habits pour telle ou telle circonstance,un mariage ,une sortie entre amis et même pour un décès(enterrement),retrait de deuil etc...En france, chaque année,un homme de couture
est nommé en tant qu'ambassadeur de la mode  par les autorités et c'est lui qui supervise le debut et la fin  des soldes il y'a quelques années c'était INESS de LAFRESSANCE par exemple.la
mode est très prisée par les touristes à paris ce qui fait que pour l'économie ,le secteur tertiaire est une industrie importante . Je suis vraiment sûr qu'au congo, ses idées mises en
pratique feront de brazzaville effectivement une grande capitale de la mode en AFRIQUE et ces idées ne paraîtrons utopiques qu' à ceux qui ont une philosophie d'échèc car on s'habille tous les
jours mais pas lesmêmês choses,  c'est d'abord pour ne pas être et porter ce qu'on aime pour se sentir bien dans sa peau c'est aussi un état d'esprit,c'est psychologique et là intervient la
sape et nous sommes reputés e pour , les créateurs du monde le savent . la petite  est bien connue pour son REGGAE,le bresil pour son foot,et pour quoi pas les congolais
comme des grands designers dans la création j'en suis que nos stylistes  du genre plhillippe ASSOUMPI vont éxcélés en la matière:Oui c'est porteur d'emplois ,oui le tourisme dope
l'économie ,j'en ai terminé .drback jardel papa doc !


LOEMBA Auguste 19/10/2009 16:31


L'habillement tel quel est un créneau porteur.Mais il est nécessaire de faire une analyse de la valeur approfondie de ce projet afin d'en déterminer les freins et les solutions à apporter à ces
derniers.Les contraintes environnementales vont-ils le permettre?
Quels chemins empruntés pour le faire aboutir? Ya t-il un groupement d'investisseurs locaux et extérieurs partants dans ce projet.
Les congolais seront-ils touchés à tous les niveaux par les produits du projet.
La cible existe t-elle?
N'ayant pas lu le projet, le seul conseil que je peux vous donner est de bien insister sur les points suivants :

       -L'analyse de la valeur du projet.
       -L'analyse fonctionnelle
       -L'annalyse d'usage
Si vous avez de bonnes réponses à ces questions vous pouvez y aller.
Auguste Loemba.


Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons