Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 14:19

Misere-au-Congo.png

 

Pour ressusciter ce cadavre luxueux qu’est le Congo Brazzaville, la diaspora congolaise commente sans répit les révoltes tunisienne et égyptienne. Beaucoup estiment que la Tunisie, l’Égypte et, aujourd’hui, la Libye, sont des exemples à suivre. Mais les Congolais ne semblent pas prêts à défier le pouvoir ; pour eux, tout va bien. Dans les rues des capitales politique et économique, c’est le calme plat sur les révoltes tunisienne et égyptienne, même si les médias locaux en parlent. BRAZZA-1.png

Quiconque a regardé les Oscars de la presse, le vendredi 25 février, sur la primitive Télé Congo, a peut-être admiré la voix de Salif Keita. Mais il a sans doute été effaré par le propos liminaire de l’artiste, relatif à la bonne santé du Congo. Et de conclure qu’il n’y a « aucun prisonnier politique au Congo ». Il va sans dire que Salif Keita a une définition étriquée du mot « prisonnier »… Quelques heures plus tôt, toujours sur Télé Congo, Bibiane Kouloumbou, une bricoleuse des JT du soir, s’extasiait de ce que la première dame du pays avait inauguré le marché de Dolisie, « un bijou offert » (Par qui ?) aux « populations de cette ville », aux anges.

Oui, le Congo va bien, très bien même. En témoigne le Laboratoire de lutte contre les grandes endémies, à côté de la somptueuse villa du ministre Nsilou. Un bâtiment moyenâgeux, infesté de rats et de cafards. Il suffit d’une belle bourrasque pour que les tôles rouillées depuis mille ans se détachent du plancher et atterrissent n’importe où. Le jeudi 8 février, dans la cour du Laboratoire, les excréments d’une malade invalide brillent tout près d’un 4x4 flambant neuf. Et des dizaines de malades sont assis à un mètre du repas des mouches. D’autres mourants se sont réfugiés dans le splendide Temple de l’église évangélique, derrière la villa du ministre, faute d’avoir été soignés au Laboratoire. Pas la peine de rouspéter, tout va bien, un jour Dieu les sauvera de la misère… « Je n’ai ni le temps de me plaindre, ni de manifester un jour contre le pouvoir, Dieu voit tout », lâche un squelettique venu au Temple.POINTE-NOIRE.png

Oui, le Congo va bien, à tel point que "l’un des principaux sujets d’étonnement des visiteurs qui viennent de plus en plus nombreux à Brazzaville est l’absence de cinémas, de théâtres, de salles de spectacle. Mis à part, en effet, le Centre culturel français, la capitale du Congo se distingue des autres métropoles africaines par la quasi-inexistence de ces lieux de récréation où acteurs, musiciens, danseurs, artistes en tout genre peuvent se produire et où le bon peuple vient se divertir comme cela se passe partout ailleurs dans le monde", se plaignent Les Dépêches de Brazzaville (quotidien très proche du pouvoir), dans leur Edito du 11 février dernier.

Dans un quartier de Brazzaville, Massina, ce mercredi 9 février, des trentenaires jouent aux dames. Parmi eux, un professeur de français. Pour lui, tant qu’il satisfait aux désirs de son corps, tout va bien. Il remercie le Chef de l’Etat pour tout ce qu’il fait pour le Congo, surtout pour l’abondance de la Primus et de la Ngok. BRAZZAVILLE-6.pngLes devoirs de ses élèves traînent sous son lit depuis une semaine, ça n’est pas une priorité. « Il y a longtemps que j’ai mangé de la viande de brousse » (traduction littérale lari-français), soupire-t-il.

Lire la suite de cet article avec AFRIC.COM

 

NOTE: le problème d’insalubrité est devenue très inquiétante dans les grandes villes du Congo, Brazzaville et Pointe-Noire.

Quand t-on sait que l’anophèle, le moustique responsable de la malaria ou paludisme connaît un essor dans un environnement insalubre.

Avec plusieurs centaines de millions de personnes malades chaque année et entre un et trois millions de décès par an, le paludisme demeure la maladie qui tue le plus au monde, les plus exposés étant les enfants et les femmes enceintes.

D’autre part l’absence d’un système d’évacuation d’eaux usées fait que les gens ont pris l’habitude dans les villes congolaises de soulager leurs toilettes pendant les fréquentes inondations.

Les causes qui ont engendré les soulèvements des peuples arabes sont réunies pour que le peuple congolais en fasse autant.

Si, il n’en est encore rien arrivé, il est quand même inapproprié voire inconscient de la part du pouvoir de Brazzaville de crier victoire.

Car il faut se méfier de l’eau qui dort.

UN TSUNAMI EST VITE ARRIVÉ.

Philippe ASSOMPI

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article

commentaires

GUY 23/01/2015 14:35


Je pense qu'il devient urgent à la diaspora Congolaise de former un bloc pour dénoncer les problèmes et envisager de former un réseau d'influence afin de prévenir si cela est possible le drame
annoncer par les personnes qui connaissent et qui aiment ce pays.       Un leader honnète courageux devra émmerger AFIN DE POUVOIR REDONNER DE L ESPOIR A UNE
POPULATION QUI EST A BOUT DE SOUFFLE.  

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons