Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 18:51

Congo Brazzaville : Ecobank juge les perspectives pétrolières prometteuses

 

total.jpgDans une étude parue le 20 août, Ecobank Research souligne le potentiel pétrolier du Congo Brazzaville, ce malgré une baisse de la production à court terme. La découverte de nouveaux gisements devrait porter la production à moyen-terme.

 

Dans une note d’information intitulée "Congo: Perspectives prometteuses pour le pétrole après la découverte de nouveaux gisements, malgré une baisse de la production", Ecobank Research, la filiale dédiée à la recherche de la banque panafricaine, souligne le renouveau attendu de la production pétrolière dans le pays d’Afrique centrale. Quatrième producteur de pétrole du "Middle Africa", la zone comprise entre le Sahara et l’Afrique du Sud, le Congo Brazzaville arrive au cinquième rang pour ses réserves de pétrole brut, estimées à 1,6 milliard de barils.

 

Pourtant, depuis 2010, la production de brut a chuté de 12% et s’élève aujourd’hui à environ 278 000 barils par jour (bpj). À cause de cette tendance, le Congo a dû céder en 2012 à la Guinée équatoriale sa troisième place parmi les principaux producteurs du « Middle Africa ». Malabo a su en revanche maintenir un niveau de production supérieur à 300 000 bpj depuis lors et a récemment amélioré ce niveau avec la mise en exploitation du gisement de condensat et de gaz d’Alen, en juillet 2013.

 

Des découvertes qui changent la donne

 

perenco.jpgPourtant, Ecobank juge que la découverte, début août 2013, par la major italienne ENI, de quelque 600 millions de barils de brut léger à Nene Marine I & II pourrait stimuler les perspectives de production à plus long terme du Congo. D’autre part, des projets pétroliers importants comme celui de Moho Nord du français Total - avec un investissement de 10 milliards de dollars à la clé -, celui de Lianzi de l’américain Chevron pourraient contribuer à enrayer le déclin de la production pétrolière. ENI estime qu’il y a à Nene Marine un potentiel supplémentaire et va bientôt entreprendre des études en vue de l’exploitation commerciale du gisement. Cette découverte vient renforcer les prévisions de l’agence américaine U.S. Geological Survey, selon lesquelles la région située au large du Congo pourrait encore contenir des réserves potentielles non encore découvertes d’environ 5,8 milliards de barils de brut et de 13,3 milliards de pieds cubes de gaz.

 

Tullow-oil-.jpgPlusieurs autres gisements satellites sont en train d’être développés par Total, Tullow Oil, Perenco et ENI, qui pourraient être mis en service ou développés : Libondo (Total), Litchendjili (ENI), Emeraude et Likouala (Perenco). Perenco a présenté une campagne de forage pour 2013-2014, avec pour but d’augmenter la production de ses gisements Emeraude et Likouala, au large de la côte congolaise. Mais Ecobank prévient : bien que des efforts soient en cours dans certains gisements pour améliorer la production du Congo, ces derniers ne seront probablement pas exploités avant 2015.

 

Renouveau d'intérêt de la part des investisseurs

 

Eni_Logo.pngL’étude souligne que les récentes opérations d’acquisition, comme l’achat par Qatar Petroleum International (QPI) d’une participation de 15% dans le gisement Moho Nord de Total, sont peut-être le signe d’un renouveau d’intérêt des investisseurs pour ce pays.

 

Une grande partie du pétrole brut du Congo est actuellement exportée vers les États-Unis et la Chine ; seule une fraction de sa production nationale sert à alimenter la raffinerie locale, CORAF. Comme c’est le cas pour beaucoup de pays de la région, seule une petite partie de la production de gaz naturel du Congo est monétisée ou sert en aval à produire de l’électricité, souligne encore la note d'information d'Ecobank.

 

Source Jeune Afrique

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons