Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 13:37

Kinshasa-Francophonie-1.jpg

De la FrançAfrique au diktats des ONG, la politique africaine de la France reste toujours prisonnière des lobbys.

Telle semble se dessiner la vision pour l’Afrique du présent locataire de l’Élysée. Et pourtant l’avènement de la gauche aux affaires était un événement que les peuples d’Afrique attendaient avec un grand espoir, hélas.

Arrivée au pouvoir en Mai 2012, le Président François Hollande a entretenu un flou sur l’orientation que lui comptait donner à la relation franco africaine.

Sur la route du 14ème sommet de la Francophonie à Kinshasa, l’escale de Dakar, le 12 Octobre devant les parlementaires sénégalais, va donner l’opportunité d’apprécier le premier discours de l’homme du changement sur le sol africain.

Que peut on retenir de ce discours?

La politique aux politiciensEssentiellement, on retiendra que le Président français voulait absolument se distancer du discours de son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, un exercice plutôt réussi.

Malheureusement la question centrale, celle de la FrançAfrique, restait entière. Car comment peut on rompre avec ce puissant réseau d’influence sans proposer en remplacement un autre modèle de coopération.

La nature a horreur du vide et le Président français ne peut l’ignorer.

En réalité, il n’avait rien prévu à ce sujet. C’est tout un pan de la diplomatie française qui est laissé au bon vouloir des ONG.

En effet, le chef de l’État, durant la campagne présidentielle, s’était fait entourer par des partisans de la lutte contre les transactions financières occultes, des personnes dévouées mais enfermées dans une bulle. Après son élection, ceux-ci se sont retrouvés dans les cercles de décisions relatives aux questions internationales, particulièrement africaines.

Donc la vision de François Hollande sur l’Afrique subsaharienne, ex-pré carré français, est celle des technocrates qui sont aujourd’hui dans les différents cabinets de la diplomatie française, de l'Elysée jusqu'au ministère du Développement en passant par Matignon et le Quai d'Orsay. Des gens qui n’ont rouler leur bosse qu’au sein de la cours des comptes ou au conseil d’État. Ils n’ont jamais fait de préfectoral ni de collectivité. Jamais, il n’ont exercé de pouvoir. Et jamais, ils n’ont vécu l’expérience du terrain.

Ils sont hors-sol englués dans leur conception intellectuel.

Ce tableau touche quasiment tout l'exécutif. Un sujet qui suscite au sein de la majorité beaucoup d’interrogations.

Des voix discordantes commencent à se faire entendre. Car l’idée que le navire prenne l’eau dans cinq ans en emportant le commandant et son équipage ne réjouit guère quelques jeunes élus, notamment dans les rangs des socialistes.

Il ne faut pas se le cacher, la France vote d’ordinaire à droite. En 2017, si la courbe du chômage ne présentait pas des signes forts d’espérance, c’est sans état d’âme que les français sanctionneront.Mme-Helene-Le-Gal---Denis-Sasso-Nguesso-3.jpg

Pour ré-enchanter le rêve, il faut briller par l’innovation et impliquer le plus grand nombre. Or pour l’instant en six mois d’exercice soit le 1/10ème de la durée d'un mandat présidentiel, incapables de donner de l’enthousiasme à l’alternative, les cabinets gouvernementaux, conseillers à l’Élysée et dans les ministères, continuent d’entretenir le sarkozysme.

En période de crise, le pragmatisme est de rigueur.

Il faut être juste et savoir prendre les bonnes décisions.

Il faut être réactif.

La France connait une cascade de plans sociaux qui ne prête pas à l’optimisme et le moral n'est plus au rendez-vous.

D’après les spécialistes penchés sur la question, la situation n’est pas près de s’améliorer. Car pour inverser cette tendance, il faut un point et demie de croissance. Malheureusement celle-ci ne se décrète pas.

Point n’est utile de rappeler que la France est dans une situation de quasi récession. Elle tutoie zéro point de croissance depuis près d'un an. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, c'est toute la zone euro dans son ensemble qui est très mal lotie.

Pour trouver une croissance génératrice d’emplois, il faut aller en Asie, un continent tiré pas la santé insolente de l’économie chinoise.

Donc, actuellement la Chine est l’exemple à suivre.

La coopération franco africaine doit s’inspirer impérativement de ce modèle. D’autant plus que la production chinoise en Afrique est vendue en France et en Europe. C’est une concurrence qui asphyxie les petits et moyens industriels français, notamment dans le secteur de la mode. Quand on sait que les TPE et PME ont assuré en Europe 85% de la création nette d'emplois entre 2002 et 2010, on mesure le poids des conséquences.

Question-du-journaliste.jpgD’autre part, pour aider les peuples subissant les injustices, comme ne cesse de le dire Madame Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix, il faut encourager le développement économique dans ces pays. Car le développement économique permet de booster l’ascenseur social et d’élever la prise de conscience.

L’exemple de la Chine est criant de vérité.

Grace à la prospérité économique le peuple chinois va, tôt ou tard, retrouver sa souveraineté.

C’est indiscutable.

Dans la difficile bataille qui l’oppose au chômage, la France doit retirer ses œillères pour voir large afin d’agir en conséquence.

 

Philippe ASSOMPI

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons