Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 13:42

Obama-Sassou-Hollande.jpg

Russel Feingold met les pieds dans les plats au cours d’une conférence de presse qu’il a tenu à Kinshasa cette semaine. Monsieur Russel rappelle dans un langage clair et non diplomatique le principe de la limitation des mandats présidentiels en Afrique. La première puissance du monde ne peut cautionner ce syndrome du pouvoir éternel qui s’est emparé de certains chefs d’Etats africains.

 

Hier c’étaient les pères Mobutu Sésésséko, Omar Bongo, Gnassingbé Eyadema pour ne citer que ces trois, qui n’ont que faire de cette disposition constitutionnelle qui limite à deux le mandat présidentiel. Ces pépés ont trouvé la parade de s’offrir une présidence à vie en tripatouillant la loi fondamentale de leur pays. Ils sont tous morts au trône dans des conditions souvent tristes. Au moins deux vivants de cette génération restent sscother au trône, les président de l’autre Congo, Dénis Sassou N’guésso et celui du Faso Blaise Compaoré. Ce dernier doit avoir les larmes aux yeux en ce moment car un énième mandat semble impossible à en croire une opposition qui s’est réveillée de sa longue torpeur depuis quelques temps.

 

obama--1-.jpgMais depuis quelques années les peuples africains en plus de subir la dictature à vie des pères se trouvent confrontés à celle des fils qui souffrent visiblement du même syndrome, du pouvoir éternel que leur père de président. C’est le cas da Kabila fils pour qui l’envoyé spécial du président américain Barack Obama, Russel Feingold a eu à lancer un véritable cri de cœur. « J’ai toujours encouragé vivement les présidents africains afin qu’ils respectent les mandats qui leur ont été assignés. La loi fondamentale bien sûr se portera mieux si elle n’est pas modifiée pour qu’un troisième mandat puisse être accordé», a déclaré monsieur Feingold.

 

Personne ne peut prédire si Kabila fils entendra raison pour quitter la tête de ce Congo si riche mais ravagé par des décennies d’une guerre dont l’occident tire les ficelles de part et d’autre. Hormis Kabila fils, il y a Bongo fils qui a succédé à son père Omar à la faveur d’une mascarade électorale avec le soutien d’une certaine communauté internationale, étant à son tout premier mandat il est prévisible qu’il passe le second sans un aucun problème et envisage un troisième.

 

L’autre fils du père c’est celui d’Eyadema, Faure Gnassingbé qui bientôt 10 ans après la succession dynastique fait feu de tout bois pour s’offrir un troisième mandat étant rassuré de la tradition de hold up dont son régime est champion hors série.

 

Gnassingbé fils continue d’user de subterfuges pour que les réformes constitutionnelles et institutionnelles ne se fassent et qu’il s’offre un boulevard pour un troisième, un quatrième voire un cinquième mandat pourtant dans un pays qui est censé être une République appliquant les principes démocratiques.

 

sassou-nguesso-mai2013.jpgDepuis l’Accord Politique Global d’août 2006 qui a prévu ces réformes le régime togolais joue au dilatoire pour les reporter à plus tard sachant que faire ses réformes suppose le retour à la constitution de 1992 qui a limité le mandat présidentiel à deux avant que Gnassingbé père n’organise le toilettage de la loi fondamentale pour se pérenniser au pouvoir.

 

Tel père tel fils, soutiennent certains observateurs à juste titre. Alors même que le fils est en précampagne pour 2015 il est clair que ses réformes ne se feront pas ou si d’aventure elles arrivent à être opérées, les apparatchiks du régime se cacheront derrière le principe de la non rétro activité de la loi pour soutenir que le fils d’Eyadema doit être candidat à la présidentielle.

 

Au Togo, malheureusement, le bon sens n’est pas la chose la mieux partagée, les Etats Unis qui interpellent les Chefs d’Etats africains quant au respect du principe de la limitation du mandat présidentiels n’ont pas cette disposition écrite noir sur blanc dans la loi fondamentale du pays et pourtant aucun président américain n’est piqué par ce syndrome du pouvoir éternel. Il faut toujours que les nègres démontrent leur négritude en faisant fi du bon sens.

 

Hollande.jpgLe drame c’est aussi que ceux qui se disent de l’opposition une fois qu’ils ont accédé au pouvoir acquièrent le réflexe de ne pas partir d’eux même. C’est le cas du président Gbagbo Laurent, de Abdoulaye Wade, celui là même qui a voulu opéré comme au Togo une succession dynastique en plaçant Karim son fils dans le fauteuil. Yayi boni du Bénin est aussi un exemple de ces faux démocrates qui ont du mal a quitté le pouvoir jusqu’à ce que le pouvoir ne les quitte.

 

Une chose est certaine, pour revenir au cas Togolais, tous les président du monde peuvent envoyer leur représentants spéciaux ou eux-mêmes peuvent suggérer au numéro un togolais de ne pas rempiler ce serait peine perdue. Pour Faure Gnassingbé c’est la présidence à vie, advienne que pourra.

 

Fabbikouassi’s

 

NOTE: Nul n'est éternel ici bas.

2016 sonne la fin de la récréation.

 

Philippe Assompi

Tanneur Modeliste en Chaussure et Maroquinerie.

L'unique congolais dans ces domaines d'activité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons