Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 09:13

Madame Eva Joly qui, pour avoir instruit le dossier politico-financier d’ELF, connait bien le Président congolais dit: "Denis Sassou Nguesso s’est assurer une invulnérabilité en maintenant son peuple cyniquement dans la misère et l’ignorance." Voir le reportage de France 2, les orphelins de Brazzaville - Soeur Marie Thérese.

Soeur-Marie-Therese---Orphelinat-de-Brazzaville.jpg

Au moment où la nature va avoir raison des principaux dictateurs en Afrique, Denis Sassou Nguesso et son homologue Paul Biya, lesquels à eux deux totalisent plus de soixante ans de règne, la question de leurs successions s’impose. D’autant plus que leurs deux pays, le Congo et le Cameroun, sont assiégés aux frontières par une meute de fondamentalistes religieux.

Les hommes qui ont porté Michel Djotodia, un musulman, à la tête de la Centrafrique, un pays chrétien, ont été formés au Soudan.

Cette information vaut la peine d’être largement diffusée afin qu’aucune excuse ne vienne exempter ceux qui diront un jour: "on ne savait pas."

Ces hommes sont guidés par un choix conscient de la doctrine musulmane comme guide pour l’action politique. Ils sont porteurs d’une idéologie manipulatrice et sont prêts au sacrifice suprême. Leur désir d’expansion est tel qu’il ne faut pas s’étonner qu’ils jettent leur dévolu sur les pays voisins que sont le Cameroun et les deux Congo.

Quand François Hollande à la tribune de la 68ème assemblée générale des Nations Unies, le 24 Septembre 2013, dit que la situation au Centrafrique est différente de celle du Mali, il oublie de préciser que si, elle est différente, elle est encore pire. Car au Mali, les islamistes occupaient une terre musulmane. Tandis que l’occupation au Centrafrique est faite sur une terre chrétienne avec une culture de culte à l’opposé de la charia. Ce qui explique la violence et la brutalité des exactions, des villages composés de plus quatre cent maisons ayant été brulées, certaines avec leurs occupants, particulièrement des enfants et des personnes âgées.

Paul-BIYA.jpgQuant à la résistance, elle est quasi nulle. Car face à une logistique financée assurément par les émirats, les accointances de l’Arabie Saoudite et du Qatar avec des mouvements Djihadistes étant un secret de polichinelle, les centrafricains opposent des machettes et des vieux fusils de chasse. Ils sont démunis et ils subissent.

Autant dire qu’ils ne leur reste que les yeux pour pleurer.

Le comportement ambigu de l’Arabie Saoudite et du Qatar vis-à-vis des groupuscules djihadistes mérite des explications.

Puisque le sujet est tabou, hyper sensible, à savoir qu’on peut être taxé d’islamophobe voire de facho, alors personne n’ose l’aborder et tous jouent la carte du politiquement correct, y compris les institutionnels.

Au regard des enjeux, il n’est pas impossible que l’Afrique chrétienne soit victime d’une stratégie d’assauts sordidement pensée et calculée.

"Ce qui m’effraie," disait Martin Lutter King, "ce n’est pas l’oppression des méchants, mais l’indifférence des bons."

Ce n'est pas parce qu'on a l'habitude de mal faire qu'il est interdit de bien faire.

Depuis "les diamants de Bokassa," la Centrafrique n’a connu que pillage et désolations. Une réalité aussi vraie pour les voisins qui partagent avec elle les frontières.

Comment peut-on expliquer, en prenant l’exemple du Congo Brazzaville, qu’un pays qui a moins de quatre millions d’habitants, quatrième producteur de l’Afrique subsaharienne, ait les ¾ de sa population, l’ONU dit 70%, qui vit avec moins d’un dollar par jour?

L’injustice est la racine de ce mal.

Et, la misère causée par cette injustice rend le site, dans son ensemble, ouvert à la progression du fondamentalisme religieux. Donc la situation au Centrafrique, pour que la paix s’installe durablement, ne peut être traitée sans une vision panoramique de toute la zone.

Frontieres.jpgÀ savoir que le nord du Cameroun est infiltré. En effet c’est là qu’en février dernier furent enlevés par Boko Haram les sept otages français. Quant au Congo démocratique, un pays ayant une superficie quatre fois plus grande que celle de la France, sa région ouest subit une effroyable guerre civile.

C’est pourquoi, pour éviter une transition à la gabonaise où après 42 ans d’exercice de pouvoir le fils, Ali Bongo, monta sur le trône à la mort de son père, il est fondamental que la communauté internationale, en application du droit d’ingérence, soit plus vigilant quant aux successions, pour raison d’âge, de Denis Sassou Nguesso et de son homologue Paul Biya.

Le sommet franco-africain de Décembre prochain à Paris offre l’opportunité, peut être l’unique, à l’Église de France d’user de son influence afin que l’Elysée ne se dérobe pas à ses responsabilités.

En effet dans le pré-carré français, la communauté internationale est représentée de fait par la France, une légitimité renforcée avec l’intervention au Mali.

Sans heurter les prérogatives du Président de la République ou porter atteinte aux principes de la laïcité, l’église peut jouer un rôle prépondérant dans la résolution de cette crise du fait que cette partie de l’Afrique est chrétienne. C’est un partenaire providentiel. Un partenaire dont il serait contre productif de se priver de ses réseaux.

Denis-Sassou-Nguesso.jpgPour revenir à la fin de règne des Présidents congolais et camerounais, il est important de préciser qu’en 2016 auront lieu les élections présidentielles au Congo et celles du Cameroun se tiendront en 2018. Si, il faille tenir compte de la constitution, Denis Sassou Nguesso est inéligible en 2016. Une difficulté que le vieux renard va surmonter. Mais d’ici à ce qu’il trouve la solution, il est fragilisé, la modification de la constitution pouvant irriter les instances internationales. La période est donc propice pour que la communauté internationale l’oblige d’initier un débat sur la problématique relative au prélèvement à la source. En effet pour stopper l’emprise du politique sur l’économie, l’hypothèse de ponctionner un pourcentage sur les dividendes issues du pétrole afin de l’affecter à l’assainissement de l’économie congolaise, sous le contrôle d’un tiers, la France pouvant mettre à profit son expérience, se fait de plus en plus pressante. L’objectif est de fluidifier les mécanismes de la répartition des richesses, le travail devenant la valeur refuge.

Un peuple qui sait se nourrir est assez mature pour solutionner ses différends.

Un peuple qui travaille se réapproprie sa souveraineté et redevient maître de son destin.

Il faut que dans l’esprit collectif la réussite revienne au mérite.

Le Congo Brazzaville a le potentiel pour servir d’épicentre du mieux vivre dans cette partie du monde.

L’expérience du Congo pourra être appliquée au Cameroun. D’autre part, ce qui se fait le matin à Brazzaville est reproduit l’après midi à Kinshasa, vice versa. Les deux villes sont les capitales les plus rapprochées au monde. Elles ne sont séparées que le fleuve, le fleuve Congo.

Il faut éviter des solutions à l’emporte-pièce. Si l’on veut une paix durable, il faut maximaliser l’apport du plus grand nombre, l’humain d’abord. C’est pourquoi la société civile doit être d’avantage sollicitée afin que cette Afrique cesse d'être le berceau de l'autoritarisme dans le monde.

Philippe Assompi

assompi[@]yahoo.fr

NOTE: Si vous êtes chrétien, deux ou trois clics suffisent pour transmettre cet article à vos contacts afin que ceux-ci en fassent autant. De façon que nul ne dise un jour qu’il ne savait pas.

Après chacun fera selon sa conscience.

Par ce geste, vous aurez peut être sauvé une vie voire influer sur le cours de l’histoire, qui sait.

"Un simple battement d'ailes d'un papillon peut-il déclencher une tornade à l'autre bout du monde."

Il faut y croire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons