Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 23:00

Lionel

En envoyant un corps expéditionnaire au-delà de la frontière de son voisin francophone, Dos Santos, principal soutien de Denis Sassou Nguesso lors de sa prise de pouvoir en 1997, lui envoie un message sans ambigüité :

« Ne compte plus sur moi ! ».

Mais le message ne va-t-il pas plus loin ?

N’y aurait-il pas un post-scriptum à l’attention du peuple congolais : « Si tu te soulèves, nous te soutiendrons. » ?

Depuis que Cabinda est devenue le principal pourvoyeur de devises de l’Angola, Dos Santos a accordé des privilèges à sa province éloignée, 15% des revenus de son pétrole lui sont concédés, les routes se construisent et même à travers le Mayombe sans que Luanda prétende réaliser un exploit technologique, l’électrification progresse et Cabinda rattrape rapidement son retard. Les revendications indépendantistes se font moins virulentes et le FLEC perd de son influence alors qu’il est probablement soutenu financièrement et en matière de base arrière par la République du Congo. Dos Santos a bien du mal à avaler l’ingratitude de son encombrant voisin.

Que le prétexte à l’incursion angolaise soit, comme le prétend la version officielle congolaise, pour des revendications territoriales nous paraît totalement absurde. Si Luanda revendiquait vraiment ces terres, que ne les a-t-elles annexées quand ses troupes assuraient la « police » au Congo ? Qui s’y serait alors opposé ? En tout cas pas Denis Sassou Nguesso qui se trouvait surendetté vis-à-vis de Luanda.

Armee-congolaise.jpg

L’incursion angolaise au Niari est un acte de guerre caractérisé. L’incapacité congolaise à y répondre est la démonstration que son armée pléthorique et surarmée n’est pas là pour défendre l’intégrité territoriale mais pour combattre un mystérieux ennemi intérieur que le pouvoir à bien du mal à désigner. Un temps les ressortissants du Pool, puis ceux des Plateaux, sans parler des puissances occultes manipulées de l’Etranger…

Le congolais de la rue est humilié : « Comment peut-on laisser ces angolais enlever nos petits ? » se demande-t-il. 

L’Homme des Masses est de plus en plus isolé. 

Ses pairs le lâchent, lui qui comptait sur un retrait de l’UA de CPI pour voir bien des menaces judiciaires s’éloigner, essuie un nouveau revers. C’est que les autres présidents en ont assez de voir Denis Sassou Nguesso se mettre en avant à chaque médiation continentale. 

La France socialiste lui est plus qu’hostile et sans le retour de la droite à l'Élysée, l’avenir lui y est hermétiquement bouché.

Pekin, nouveau partenaire privilégié, montre de nets signes d’énervement face à l’image déplorable que ses entreprises entretiennent au Congo. 

L'étourdiQuand aux russes, indiens et autres brésiliens, s’ils demeurent à la table des négociations, ils tardent à s’engager sur le chantier congolais, peu confiants en la conjoncture.

Denis Sassou Nguesso aurait-il pris du poids, le costume constitutionnel que l’homme s’était taillé sur mesure craque sous toutes ses coutures, il ne lui va plus.

• Veut-il s’en offrir un autre avant l’échéance ?

• Peut-il s’en offrir un autre avant l’échéance ?

• S’il est poussé hors du pouvoir par l’actuelle constitution, pourra-t-il choisir son successeur en organisant une présidentielle à la Poutine ?

L’avenir de Sassou paraît à ce jour bien sombre. Reste à savoir si sa chute, désormais programmée, entrainera avec elle l’ensemble de la haute société mafieuse et corrompue qui possède le pays et si le Congo s’engagera, enfin, vers un partage plus équitable de ses richesses.

Sassou ne fera pas de troisième mandat, quiconque espère le contraire est dans un combat d’arrière garde. Une seule question se pose désormais :

Qui va lui succéder ?

Lionel SANZ

Un Congo déchaîné et indépendant

Toute l'information de la rive droite du fleuve roi

Armee.jpg

 

NOTE: Si l’Angola veut défaire l’homme qu’il avait fait, Denis Sassou Nguesso, cette soustraction est au bénéfice du peuple congolais.

Aux indignés de savoir ce qu’ils veulent.

Même si pour cette fois-ci l’intrusion angolaise trouve une issue favorable, il n’en demeure pas moins que l’avertissement fait son effet.

Je ne crois pas que Luanda ait pris une telle initiative sans en aviser la hiérarchie. J’entends la France et les États-Unis. Si ce ne sont ces deux puissances qui ont sollicité l’Angola pour calmer son agité de voisin.

Philippe Assompi

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Mafueta Ndandu 21/10/2013 20:05


Les intellectuels africains n'ont pas le Droit de confondre les choses. Donc, notez bien que le Cabinda n'est pas l'Angola, des resolutions au niveau de l'ONU et de l'UA existent pour le prouver.
La question cabindaise est une question de justice et des Droits de l'Homme. En definitive, pour une meilleure securite de la zone, le Congo Brazzaville doit militer pour une paix au Cabinda dans
le cadre d'un reglement du conflit au niveau international comme dans le dossier du Sahara occidental ou de l'Erythree hier. Si le Cabinda n'avait pas du petrole, ce pays serait independant
depuis longtemps, le monde va t-il continuer de vivre de cette maniere? NON partout exigeons la justice pour la paix......


Merci

Philippe ASSOMPI 21/10/2013 20:57



Mon cher Mafueta Ndandu, le Congo a t-il les moyens des ses ambitions?


Ou alors c’est la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf, l'intrusion angolaise n'étant qu'un rappel à l'ordre.


 


Le rôle prioritaire qui incombe aux autorités congolaises, le chef de l’Etat en premier, est d’élever les conditions de vie des congolais. De faire que l’hôpital  général du Congo, le CHU de
Brazzaville, ait un ascenseur pour ne plus que les patients, même ceux qui sont dans un état comateux, gravissent les 5 étages à dos d’individus.


 


En 2015, le Congo sera, selon une étude menée par Ecobank, le troisième producteur de l’Afrique subsaharienne. La logique aurait été que pour moins de 4 millions d'hts que nous sommes, les ¾ des
nôtres, l’ONU dit 70%, ne mérite plus de vivre avec moins d’un dollar par jour.


 


Alors qu’en haut lieu, pour simplement des anniversaires, des sommes pharaoniques sont gaspillées à l’étranger.



Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons