Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 18:21

Les_Dictateurs.gif

Depuis la fin de l’année dernière, l’actualité internationale reste largement dominée par ce qu’on appelle le printemps arabe. Des événements qui ont emporté des régimes que l’on disait parmi les plus stables du monde : celui de la Tunisie et celui de l’Egypte.

De nos jours, les pouvoirs syriens et yéménites sont sur la corde raide. Ils sont sérieusement menacés. Denis SASSOU NGUESSO

Un autre régime qui régnait d’une main de fer vit ses dernières semaines voire ses derniers jours. Il s’agit de celui de la Libye. Voilà pour ce qui est des pays arabes.

L’Afrique au Sud du Sahara elle aussi connaît son printemps.

Yoveri Mousseveni d’Ouganda au pouvoir depuis 1986 est de plus en plus contesté. Mais le plus paradoxal est que le médiateur ouest-africain lui aussi est sur la sellette. Comme pour dire que nul n’est prophète chez soi. Le médiateur fait face à une contestation sans précédant.

Qu’est-ce à dire ? Tous ces événements constituent quelques illustrations. La première : les populations des quatre coins du monde ont désormais du mal à s’accommoder des régimes totalitaires et éternels.

Au prix de leur vie, les citoyens bravent les balles de soldats pour exprimer leur ras-le-bol. Pour dire et faire ce qui était il y a quelques temps considéré comme un crime de lèse majesté. Dans le dernier discours qu’il a adressé à son peuple avant sa chute, Hosni Moubarack avant du mal à digérer le mot dégage que ses contestataires proféraient à son encontre.

La deuxième illustration : quelle que soit sa durée de vie, une dictature est incompatible avec la stabilité. Elle est le contraire du calme, de la quiétude et du bien-être. Il n’y a qu’à voir les cas tunisiens et libyens.

Idriss-Deby.jpgCes deux pays étaient toujours donnés comme un exemple de stabilité et de prospérité sur le continent. Mais l’absence d’alternance au pouvoir a jeté les citoyens dans la rue.

Quelles que soient leurs souffrances, si les citoyens sont conscients qu’au terme du mandat du président il va passer la main, ils vont patienter.

En revanche, quelle que soit leur prospérité,si ces mêmes citoyens se rendent comptes que seul la mort leur séparera du guide, du grand leader, ils vont faire comme les Guinéens l’ont fait en janvier et février 2007. Comme les Tunisiens et les Egyptiens l’ont fait à la fin de l’année dernière et au début de cette année. Comme les Ougandais et Burkinabé le font actuellement.

En conclusion, si la démocratie à l’occidentale a ses défauts, ses imperfections, il n’existe pour le moment pas une alternative.

Ce modèle a ses qualités. Parmi lesquelles on pourrait citer l’alternance au sommet de l’Etat. Si, le citoyen est conscient qu’au terme d’un mandat de cinq ans ou de dix ans au plus, le dirigeant du pays ne se maintiendra jamais au pouvoir, il attendra.

Là où il n’existe aucun espoir d’alternance les armes restent le seul moyen de se débarrasser des dictateurs. D’où notre inquiétude pour des pays comme le Congo Brazzaville, le Cameroun ou encore le Tchad. Paul-BIYA-1.jpg

En ce début de la décennie 2010, l’Afrique centrale reste et demeure la zone d’ombre de la carte démocratique africaine.

Jusque quand ces dinosaures d’une autre époque vont continuer à aller à contre courant de la marche du monde ? Pas pour longtemps.

Après le printemps arabe ce sera la saison des pluies africaine.

Habib Yembering Diallo

Source: NLSguinee

L-Hippo-et-le-Chien.pngNOTE: L’envie est un sentiment inné chez l’homme.

La réussite d’un proche est une source d’inspiration, un modèle à suivre.

La révolution de Jasmin est un exemple pour tous les peuples opprimés. Avec cette révolution la peur est entrain de changer de camp. D’autant plus que cette révolution s’appuie sur la montée en puissance des nouvelles technologies, lesquelles favorisent l’expression populaire.

L’époque où l’information était dirigée est révolue. Or les régimes dictatoriaux ne prospèrent que par le mensonge sinon ils sont condamnés, au Congo, au Cameroun ou au Tchad.

Le temps joue en faveur de la vérité.

Philippe ASSOMPI

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons