Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 14:49

Nouvel échec du chanteur Fally Ipupa à Stockholm, où son concert en play-back du jeudi 31 mars 2011, n´a pu réunir que 30 personnes, dont seulement 20 billets vendus...

Fally-IPUPA.pngS´étant rendu à l´évidence, Fally Ipupa déclare en plein concert ce qui suit: « Chers amis! Désolé de vous dire que je suisavant tout Congolais [...] Il est à constater que cette affaire est vraiment devenue sérieuse que, je ne crois plus pouvoir m´aventurer à me produire en concert sans l´aval de la diaspora... »

La Résistance de la diaspora congolaise de Suède, dont la détermination n´a jamais faiblit un seul instant, vient une fois de plus, d´infliger un cuisant échec à l´artiste chanteur Fally IPUPA, dans la nuit du jeudi 31 mars au vendredi 1 avril 2011. Et ceci, en deux occasions d´affilée, à l´intervalle d´environ d´un an jour pour jour, après celle du 2 avril 2010 à Stockholm, où ce dernier avait vu son concert purement et simplement annulé quelques minutes seulement avant son début par la Police suédoise, pour des raisons de soi-disant sécurité. Ce fut bien entendu là, le résultat d´un travail souterrain abattu de main de maître par la Résistance. Fallait-il ainsi souligner ici, à titre de rappel que la Résistance de Suède ainsi que celle de Grande-Bretagne, se trouvent être en la matière: les deux pionnières de la politique de boycott imposée aux artistes chanteurs congolais de ne plus se produire en concert live en Europe et en Amérique du nord, où ils sont désormais indésirables voici près de quatre ans?

En effet, en dépit de leur triste expérience de l´année dernière, soldée par un sévère camouflet, Fally IPUPA et son piètre producteur, un certain Steve MUNSI - un incivique dont le nom a dorénavant tous les mérites d´être inscrit à lettres de feu dans la mémoire de la Résistance de partout -, qui défient arrogamment les Résistants-Combattants, en crachant sur la noble cause de la nation de par des propos irrévérencieux voire insultants, semblent n´en avoir tiré aucune leçon, et continuent de faire preuve d´un entêtement irrationnel qui, honnêtement parlant, devrait en effrayer plus d´un.

Ainsi donc, malgré les avertissements et le refus des Congolais de la diaspora de ne plus se laisser distraire et anesthésier par cette - malgré tout - belle musique congolaise qui tient encore aujourd´hui le haut du pavé de la scène africaine, mais désormais rendue indécente, et par conséquent, impropre à la consommation des mélomanes de la diaspora; à cause d´une part, de toute l´obscénité en parole et en danse qu´on y a imprégnée ; et d´autres part, de la politisation de ses acteurs, incapables d´aborder des vrais problèmes de société auxquels est confronté le peuple congolais. Cela sous-entend les artistes musiciens, pour la plupart, improvisés griots et propagandistes qui, lorsqu´ils ne font pas l´apologie du chef du régime d´occupation au pouvoir à Kinshasa, téléguidé depuis Kigali, et dont l´incompétence est de notoriété publique en chantant à sa gloire; observent plutôt une << neutralité >> complice et négative, au détriment de la nation et de notre peuple martyr.

Lequel peuple, broie du noir dans des conditions de vie devenues quasi infrahumaines, pendant que les artistes musiciens eux - comme pour se moquer de celui-ci - se complaisent à jouer aux agents propagateurs d´antivaleurs, mais aussi à faire étalage de leurs petites richesses ne se résumant qu´en voitures de luxe et quelques maisons construites ça et là à travers la ville. Au mépris de toute considération, ces deux bonshommes que sont Fally IPUPA et son producteur, faisant fi de la volonté de la diaspora, avaient donc par défi, choisi de maintenir la production de leur concert du jeudi 31 mars 2011 à Stockholm.

Fally IPUPA contre la Diaspora de Suède: un bras de fer soldé par la victoire de la Résistance.

Ceci dit, un bras de fer venait ainsi de s´engager entre les parties en présence, lequel déboucha naturellement sur la victoire de la Résistance. Car on ne défie pas un peuple... Et pour ce faire, la diaspora à travers BDM, prit le soin d´initier une manifestation à la même date du 31 mars 2011, pilotée par le mouvement de résistance KONGO-MOKO, regroupant toutes les associations et organisations politiques congolaises (APARECO ; UDPS ; RAP, MLC, SAUVONS LE CONGO) établies en Suède, afin de relever à nouveau le défi que venait de lui lancer ces deux récalcitrants. Le début du fameux concert étant prévu pour 21 heures dans la salle de concerts Göta Källare, situé au centre de Stockholm, non loin de Medborgarplatsen (La Place du Citoyen), comme point de rencontre de la manifestation. Et dès 18 heures, ce lieu, la station de métro du même nom et ses environs dont l´hôtel Scandic Malm où était logé l´Homme du jour étaient déjà investis par les manifestants qui, autour de 19 heures, étaient au grand complet; au point que la Police s´est vue contrainte de constituer pour ainsi dire un bouclier antigang, pour pouvoir évacuer celui-ci par une voie souterraine débouchant directement sur la salle de concerts. L´objectif de cette mobilisation était clair et net : exprimer sa désapprobation par rapport à ce concert à l´autorité et à l´opinion, en conscientisant et en dissuadant d´éventuels spectateurs (fans); soit à la rigueur, barrer l´accès à la salle de spectacle à tout irréductible.

C´est ainsi qu´autour de 23 heures et demie, alors le concert avait déjà débuté avec une heure et demie de retard, quelques altercations eurent lieu entre les manifestants et un groupe de jeunes, parmi lesquels un Ougandais qui avait été aussitôt pris en charge, maîtrisé et mis hors d´état de nuire par les résistants. Ce triste incident fut ainsi l´élément déclencheur d´une intervention plus musclée de la Police suédoise qui envoya des renforts. Au total : 15 fourgonnettes de police pleines à craquer d´agents anti-émeutes et des chiens, qui n´ont cependant pu contenir une poignée de résistants dont la détermination était sans concession, à tel point que la Police commençait à s´interroger s´il fallait ou pas annuler le concert.

Et contrairement à ce à quoi l´on a assisté au cours de ces deux derniers mois - en pareille situation - ailleurs en Europe continentale, où la police aux allures des troupes coloniales en pleine expédition, a donné la nette impression d´être encore très imprégnée de réflexes colonialistes et racistes, dignes de méthodes qu´elle semblerait avoir héritées du 4 janvier 1959 à Kinshasa (ex-Léopoldville); ce face-à-face - à l´exception de quelques bousculades - n´a donné lieu à aucun affrontement direct entre les forces de l´ordre et les Résistants-Combattants. Car la Police suédoise, fidèle à sa déontologie, en tant que de force de maintien de l´ordre public et non pas de répression, s´est plutôt montrée très compréhensive en prêtant une oreille attentive aux revendications des Congolais. Une situation insolite et sans précédent dans l´histoire du showbiz en Suède, telle que décrite par AFTON BLADET, l´un des plus grands quotidiens suédois, dans sa publication du samedi 2 avril 2011, où l´on a eu selon lui, recours à une si importante mobilisation policière, pour pouvoir de faire face à des manifestants s´opposant à la production d´une séance musicale.

Quels ont été alors les bénéfices de cette action patriotique menée par la Résistance?

En fait, à la différence de ce que prétendent certains Congolais de petite vertu et des rigolos de ministres du pouvoir de Kinshasa, les actions que mènent la Résistance de partout à travers le monde, sont loin d´être des simples actes de banditisme organisé. Car en réalité, elles ont toujours eu des incidences au plan diplomatique, du moins, en ce qui concerne la Suède. Ainsi, en guise de bénéfice de cette action relative au fiasco de Fally IPUPA, il est à noter que l´attention de l´opinion suédoise a dû être éveillée, tant par l´action de la Résistance qui, rappelons-le, perturba le calme et la circulation routière dans le secteur d´opérations pendant plusieurs heures que par la presse nationale qui en a fait l´écho.

La Police suédoise de son côté, s´est déclarée préoccupée par cette situation hors du commun, où les Congolais pour une première fois, ont affiché une telle intransigeance par rapport au sort que méritent désormais leurs musiciens que, cela vaut bien la peine d´être porté à la connaissance de leurs supérieurs hiérarchiques, afin qu´au-delà des libertés fondamentales garanties tout le monde, des mesures ad hoc - allant dans le sens des revendications de la diaspora - soient prises. Et ceci, aux dires des agents de l´ordre eux-mêmes, afin d´éviter qu´une telle situation tout autant coûteuse que contraignante ne se reproduise à l´avenir.

Et quant à Fally IPUPA, l´infortuné a dû malgré tout donné son concert, mais précisons-le, dans une salle de concerts d´une capacité d´accueil d´environ 2 000 personnes complètement vide de spectateurs. Et ce, contrairement à ce qui avait été initialement prévu: en play-back. Car ce dernier aurait dû rapatrier tous les autres membres de son groupe après son échec du mois dernier au Zénith de Paris. Enfin, vers 3 heures du matin, au sortir du concert, les Résistants-Combattants qui sont restés poster à l´extérieur de la salle de spectacle jusqu´à 4 heures du matin, n´avaient pu dénombrer que 30 personnes y ayant été présents, dont seulement 20 billets d´entrée vendus, d´après les renseignements précis en notre possession. Et à cet effet, il importe de préciser que le fameux Monsieur le Producteur traînait avec lui dans sa suite: quatre (4) gardes du corps et quelques autres personnes de son entourage. Bref, c´était un public essentiellement réduit à des jeunes gens dans la vingtaine, à la scolarité ratée et menant une vie de bohème à travers la ville de Stockholm. Et cela se comprend bien ! Et comme les images sont plus parlantes que les écrits, veuillez cliquer sur le lien suivant diffusé sur congomikili.com, qui vous en donne une idée plus exacte de la trame des événements telle que décrite ci-avant: http://congomikili.com/tout-sur-le-concert-de-fally-a-stockholm-concert-les-combattants.html

S´étant rendu à l´évidence, Fally IPUPA a dû enfin tirer la moralité de son nouvel échec en Suède - dû à son entêtement - en déclarant à la fin de son concert devant des sièges vides: << Chers amis! Désolé de vous dire que je suis Congolais [...] Il est à constater que cette affaire est vraiment devenue sérieuse que, je ne crois plus pouvoir m´aventurer à me produire en concert sans l´aval de la diaspora… >>. Et quant à son incivique producteur, il n´a plus que ses yeux pour pleurer de ses déboires, et sa conscience - si au moins il en aurait une - pour méditer sur l´avenir de son hypothétique carrière dont des beaux jours ne peuvent lui être garantis, avant la libération totale de la RD Congo des mains du Tueur en série rwandais à sa tête et de celles de sa pléiade d´occupants.

STOCKHOLM, le 7 avril 2011

Pépin LULENDO

KONGO TIMES!

 

NOTE: NOS MUSICIENS DOIVENT SE DISTANCER DES POLITIQUES SINON ILS SERVIRONT DE PIONS DANS LEUR PROPAGANDE.

 

Et comme la musique berce nos cœurs, elle endoctrine les âmes les plus fragiles.

 

Par consequent, elle dessert la cause du plus grand nombre par le jeu de certains artistes qui se prostituent.

Le mélange des genres sème la confusion et obstrue la lutte.

Philippe ASSOMPI

.

Sans commentaire

Claudia-Sassou-et-Fally.png

Claudia-Sassou-et-Fally-6.png

Claudia-Sassou-et-Fally-7.png

Claudia-Sassou-et-Fally-2

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article

commentaires

Philippe ASSOMPI 09/04/2011 19:29



NOS MUSICIENS DOIVENT SE DISTANCER DES POLITIQUES SINON ILS SERVIRONT DE PIONS DANS LEUR PROPAGANDE.


Et comme la musique berce nos cœurs, elle endoctrine les âmes les plus fragiles.


Par conséquent, elle dessert la cause du plus grand nombre par le jeu de certains artistes qui se prostituent.


Le mélange des genres sème la confusion et obstrue la lutte.


Philippe ASSOMPI



Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons