Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 21:47

Willy-Mantsanga.jpg

Octobre 97, Congo Brazzaville. Tout s’est passé –continue de se passer- maçonniquement… Lissouba est tombé débarqué par son frère Sassou… A la une de la Semaine africaine, ces mots du « colonel » Willy Mantsanga : « La victoire était à notre portée !... » Vu au rond-point du CCF plein de douilles et déjà vivant, que je traverse en priant !… C’est comme si le sang chaud des morts s’était immédiatement recyclé dans la vie… J’ai quitté ma tante Thérèse et la rue Chaptal à Bacongo et je rentre à Ouenzé dans la rue Bordeaux… Yvon Mantsanga et les Angolais font la loi à la Main bleue… Yvon est son frère… Les Angolais sont ses cousins… Des liens qui, durant le ratissage, nous sauvèrent à Kinkala : on vaquait à nos occupations sans savoir qu’ils tenaient les lieux, perchés sur les hauteurs de Mboté et de Ngamouyari !... Des morts en liste d’attente, voilà ce qu’on était… Je suis laid, noir comme du goudron, maigre comme un clou de cadre de photo… J’espère qu’on n’a pas pillé notre moulin à foufou, que le commerce repartira et que je mangerai de nouveau à ma faim… Pour la première fois de ma vie, je m’en fous de l’école, du colifichet et je m’en tiens à l’essentiel c’est-à-dire la joie d’être là… Manger me devient plus important que lire… Mon corps brimé est-il en train de se revancher sur mon esprit ?

Lissouba a perdu la bataille et non la guerre ? Il n’en est pas moins le looser de Sassou qui s’autoproclame président et demande aux populations de regagner leurs maisons… Et puis, c’est tellement facile de délirer sur RFI, loin du terrain… S’il était garçon, pourquoi n’a-t-il pas organisé la résistance à l’intérieur ? Non je ne sors pas d’un affreux cauchemar : la mouvance est morte ainsi que les katas supérieurs de Brice Mabika au Bureau… La force a parlé… Fermez le ban.

Autre constante: un militaire nordiste a débarqué un civil sudiste… Lissouba, c’est pas sa première défaite face à un camarade nordiste : l’emprisonnement au nord du premier ministre de Débat fut une victoire de Noumazalay… Nette et sans bavures.

En fait, l’Occident nous a sous-traités une guerre économique… Nous l’avons faite parce que le Congo est une somme d’intérêts contradictoires, un enclos colonial avec des communs coloniaux qui butent sur les mœurs contradictoires des habitants... Lissouba, sans vraiment rompre avec Paris, faisait les yeux doux aux Américains… Sassou était l’homme de la métropole, soutenu par Jacques Chirac et Dos Santos… A l’intérieur, FDP-FDU/Mobil-one défièrent le pouvoir... Je n’aime pas les milices mais je leur reconnais le mérite d’avoir « démystifié le feu » (Alain Akouala)… La guerre que les légalistes ne voulaient pas faire, ils la firent en lieu et place… A gros risques gros gains… Qu’ils rappellent, via ce « j’ai combattu », leurs droits dans les corps de combat, me semble parfois logique… Et parmi ces miliciens qui ont risqué leur vie au front, il y a le seigneur de la guerre Willy Mantsanga… Les FDP-FDU le font citer dans 5-Juin d’Excellent juste après le général Denis Sassou-Nguesso… C’est dire…

Ses travaux et son procès.

Dix-sept ans après la guerre de 97, le seigneur de la guerre Willy Mantsanga s’éteint en France… Je regrette sa mort : Sassou 2, c’est la Bande des Quatre en plus violent, en plus brutal, en plus noir… Le seigneur de la guerre Willy Mantsanga est le plus grand guerrier du Congo… Je regrette sa mort parce que le vingtième anniversaire approche : le député Willy Mantsanga eut fini ministre, président de la République, que sais-je… C’est vrai que capi Justin, l’Amérique, Foro et Idouma m’impressionnèrent mais le patron de Mobil one, très clivant et pour cela très riche, est un mythe… Lui-même ne se considérait pas comme un mythe… Du tout !... Le seigneur de la guerre Willy Mantsanga a dit un jour à Fabrice: « Fab, au Congo il n’y a pas de courageux ; il n’y a pas plus peureux –donc plus courageux- que moi au Congo, sauf Sassou... Mon secret, c’est d’apeurer ma peur et d’être à fond dans les batailles gagnables et en position de faiblesse, je n’hésite jamais à fuir… Ce que beaucoup de ninjas n’ont pas compris. Foncer en toute circonstance est leur unique religion, alors que le repli existe à l’armée… Eh ben, ils ont tort… Ils ont tort, ils sont morts, je suis vivant et je mourrai vivant »… Laris et nibos en ont fait un traître ? Entre Kolelas qui, le 3 juin, signe en cachette un accord militaire avec Sassou et se retrouve pendant la guerre avec Lissouba, et le seigneur de la guerre Willy Mantsanga qui a persévéré dans son être, c’est qui le traître ?... Entre Lissouba et les UPADS qui se prostituent à Mpila, et le seigneur de la guerre Willy Mantsanga qui a persévéré dans son être, c’est qui le traître ?... Après la guerre, qui a mieux défendu la Région, Kolelas ou le seigneur de la guerre Willy Mansanga ? Entendre le mourant Herbert Massamba râler en lari sur radio Liberté a choqué dans le Pool ? Le seigneur de la guerre Willy Mantsanga, qui était sur le terrain, pointe l’utilitarisme de Kolelas qui a emporté des milliers de vies… Utilitarisme qui, dit-il, le dégoûta et le jeta dans les bras de Sassou car en Afrique du Sud le seigneur de la guerre Willy Mantsanga a longtemps hésité avant de dire oui à Pierre Oba et de rejoindre les rebelles... De toutes les façons, les politiciens sudistes depuis l’indépendance n’ont jamais été à la hauteur… Pourquoi ce froid polaire entre Kolelas et les militaires poolistes ? Comment expliquer la légèreté de Mountsaka et Mouzabakani ? Pourquoi Tchitchelle trahit-il Tchicaya ? Comment peut-on se dire serviteur de Matsoua et, une fois élu, persécuter les matsouanistes –question par ailleurs posée par U Tam Si dans Les phalènes ? Les Vili ne seraient pas sages, 93 aurait été déclenché au commencement sous la loi-cadre entre les Vili-kongo et les Lari-kongo… Pourquoi tant de légèreté ? Malédiction ou pluralisme ?... Willy a tué ? Mais qui n’a jamais tué, ne fut-ce qu’en pensée ? Non la dictature de l’émotion ne rend service à personne, vraiment… Dans ce monde sans foi ni loi, mieux vaut faire peur que pitié… Et puis, les dieux n’ont que faire de nos conceptions du bien et du mal… N’est-ce pas à défendre la veuve et l’orphelin que nous avons été appelés ?... C’est quoi le christianisme dans une société pourrie ?... Et puis, le seigneur de la guerre Willy Mantsanga avait des convictions qu’il défendait au front... Rien à voir avec les guerriers du clavier –les déserteurs- que nous sommes… Non le seigneur de la guerre Willy Mantsanga n’est pas l’auteur de nos malheurs (je préfère questionner les problèmes internes liés à la chute de l’empire)… Au contraire, c'est un vainqueur qui a revêtu son habit de lumière…

Pour l’éternité…

Mazas est mort, vive Mazas.

Konda Matin

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons