Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 19:13

Milie.pngLe Congolais moyen possède trois ou quatre téléphones portables. Mais pour quoi faire ?

Courant 2010, je suis nommée responsable de projets à l’Université de Versailles. La même année, au mois de novembre, le Congo-Brazzaville est frappé par une épidémie de poliomyélite qui fait des dizaines de morts.

Pour combattre la maladie le gouvernement engage une campagne de vaccination. Les autorités communiquent en direction de la population à l’aide des médias de masse comme la radio et la télévision. Or le congolais moyen n’a guère accès, de façon régulière  aux médias de masse, faute d’un pouvoir d’achat suffisant mais aussi à cause du délestage dans la fourniture d’électricité.

La communication s’établit également au moyen des haut-parleurs installés dans les grands marchés, comme si la pollution sonore qui y est déjà très grande (vendeurs de CD, contrôleurs de bus, rabatteurs de toute sorte…) ne suffisait pas.

C’est oublier que l'Afrique est le deuxième plus gros marché du mobile, la région occupant désormais la deuxième place en termes de souscriptions. En un mot le téléphone portable se trouve aujourd’hui être le support de communication que le Congolais moyen a à sa disposition quels que soient son niveau de vie et sa zone d’habitation.

Mais l’utilisation de ce support se limite à l’émission et la réception des appels et des sms.

Face à cette situation, je me suis demandée comment la population congolaise pourrait-elle tirer un meilleur profit des potentialités du téléphone portable, grâce à la diffusion des messages à caractère formatif, informatif, commercial, environnemental et de santé publique.

De ce point de vue j'ai donc lancé le projet MODIM : Mobiles Développement Innovation Mutations. L’étude de faisabilité de ce projet a été réalisée par les étudiants de EST Littoral (Pointe Noire) et ceux de l’université de Versailles (France).millie-2.jpg

La deuxième étape de ce projet se poursuit avec les étudiants de EST Littoral dans le cadre d’un congé scientifique accordé par l’Université de Versailles. Les étudiants du CFI-CIRAS y participeront à partir de février 2012.

Le projet, lancé en novembre 2010 et a permis :

-  la mise en place d’une coopération entre l’IUT de Mantes en

Yvelines (France) et l’Ecole Supérieure de Technologie du Littoral (Pointe Noire)

-  une cogestion de l’installation de la plate-forme Moodle par les étudiants de France et de Pointe Noire

- la création d’une page Facebook Moodle pour les échanges entre étudiants de France et étudiants du Congo

- l’exposition dans le hall de l’IUT de Mantes en Yvelines d’un stand « Congo » pendant la semaine du Développement durable

- l’invitation de deux collègues enseignants-chercheurs congolais à l’université de Versailles Saint Quentin en Yvelines

- la présentation du projet MODIM au palais des congrès lors du forum économie numérique à Paris (Palais des congrès) et au forum Green Business (Pointe-Noire, Congo)

la participation au projet de développement des communications via mobile pour les PME-PMI du Congo,

- la proposition d’un support de cours

- la création d’un espace Facebook qui sert de test et qui permet la gestion du projet avec les étudiants de EST Littoral (Pointe-Noire).millie-1.jpg

En termes de communication le projet a été vu à la télévision congolaise et il est  également visible sur  Internet.

On le voit : les initiatives et la volonté ne manquent pas. Les initiatives ne demandent qu’à être amplifiées afin que le téléphone mobile ne soit pas un simple objet de frime ou de dépenses inutiles mais un outil au service de la culture, de la santé et du développement.

 

Par Milie Théodora Miere

 

NOTE: Dans chaque famille au Congo, il y a au moins un téléphone portable. Ce qui n'est pas le cas pour la radio et la télévision. D'autre part, la lecture reste reservée à une élite.

Alors Messieurs les politiques la balle est dans votre camp.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons