Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 10:42

Ntsourou Marcel

Le climat au sein de l’armée congolaise se serait dégradé depuis l’affaire Marcel Ntsourou, le numéro 2 des renseignements du Congo condamné en septembre à 5 ans de travaux forcés avec sursis. Ce dernier a été reconnu coupable dans l’affaire des explosions de Mpila qui ont causé, selon les autorités, la mort de 300 personnes. Il est, depuis un mois, incarcéré à la maison d’arrêt de Brazzaville.

 

Il y a-t-il un lien entre l’ambiance délétère dans certaines casernes et cette affaire ? C’est la question que se pose la presse congolaise, notamment le Journaldebrazza.com. Selon certains témoignages, la réponse est « oui ». Car depuis que l’ex-colonel Ntsourou a menacé de divulguer des informations sur l’affaire des disparus du Beach, « l’atmosphère est malsaine » au sein de l’armée. Des sous-officiers et officiers, considérés comme proches de Ntsourou, seraient menacés. D’autres ont été convoqués ou limogés.

 

« Après la libération de Marcel Ntsourou, beaucoup de gens sont venus le soutenir, pensant que le dossier était clos. Le pouvoir les a tous repérés », expliquent plusieurs sources, selon RFI.

Ntsourou

Parmi les hauts gradés qui seraient sous pressions, le colonel Alakoua, ex-porte-parole de la police, le colonel Obouo, ancien chef des renseignements militaires, ou encore le colonel Sahouss, ex-directeur du bataillon des chars. Le chef d’état-major, le général de division Okoï serait également sur la sellette. « Nous traversons une zone de turbulence », confie un officier. « Beaucoup de proches de militaires viennent me voir pour savoir ce qui se passe », ajoute de son côté un défenseur des droits de l’homme.

 

Le gouvernement réagit

 

Interpellé à ce sujet, le gouvernement a réagit par du ministre de la Communication qui a aussitôt crié à la manipulation. Bienvenu Okiemy n’a en revanche pas nié les limogeage ou mutations. A propos du cas du colonel Sahouss, le ministre a rappelé qu’il a été mis en cause dans les explosions de Mpila et qu’il est dans le devoir de la police de l’entendre pour les besoins de l’enquête.

 

Marcel.jpgLe véritable enjeu de cette « vague d’intimidation », comme l’explique la presse, serait la présidentielle de 2016. Certains vont même jusqu’à accuser le pouvoir de vouloir modifier la Constitution pour un nouveau mandat. A ce sujet, Bienvenu Okiemy a démenti ces allégations.


AfriScoop


NOTE: Qui est Marcel Nsourou?

Le colonel Marcel TSOUROU a effectué tout le cycle primaire jusqu'a l'obtention de son CEPE à LEKANA. Le 16/09/1968, il rentre à l'école des enfants de troupes, Général Leclerc après avoir réussi à son concours d'entrée. Il passe brillamment son cycle secondaire avec en poche un baccalauréat série C. Il est admis par la suite à l'école d'officier d'infanterie suivi de l'école des officiers des blindés (Roumanie), le tout sanctionné avec le diplôme de Commandant de compagnie des unités blindées.

De retour au Congo, il est nommé à 23 ans Chef de peloton au centre d'instruction au régiment blindé. ( c’est dans ce cadre qu’il procède au désarmement de la Garde Présidentiel du Général YOHMBI OPANGO, le 05 février 79, alors que YOMBI était en plein congrès du PCT. Le courage dont-il avait fait montre pour désarmer une compagnie entière de béret rouge posté au palais du peuple a permis de forger la légende Ntsourou dans l’armée.

SASSOU qui n’aime pas voir ce genre d’homme en profite pour le muter à Pointe-Noire au centre d'instruction de Makola comme Commandant de compagnie d’instruction. Mais là c’est une vraie école de survie ou il forme des bataillons entiers. De Makola il revient à Brazzaville comme Chef d'escadron blindé d'infanterie mécanisée à 27 ans.

À la suite d'un stage en Union soviétique, il occupe le poste de Commandant du bataillon blindé du 3° régiment d'infanterie motorisé à Brazzaville. Il repart en union soviétique pendant quatre ans à l'académie des blindés. Formation sanctionnée par un diplôme de Maître en sciences militaires de l'académie des blindés. C’est l’équivalent d’une agrégation en Médecine ou en économie".

De retour au Congo, il commande le 15° bataillon d'infanterie motorisé à Pointe-Noire. Puis muté à l'Etat-major à Pointe-Noire comme Chef d'instruction puis Chef du personnel militaire.

Entre temps, il a refusé plusieurs postes offerts par MILONGO et LISSOUBA.

LE 5/06/1997, il a fait un choix qu'il assume.

Choix erroné dont il a eu le courage, en officier digne de reconnaître le 03/03/2012 lors de son anniversaire, en remerciant MILONGO et LISSOUBA pour avoir œuvrer chacun dans sa carrière alors qu'il persistait dans le refus d'accepter les postes de commandement qui lui était offert. (mais combien de gens au Congo peuvent refuser des postes?)

Toujours à Pointe-Noire il s’est autoproclamé Gouverneur Civil et Militaire.

À Brazzaville par la suite, il a été pendant 5 ans Directeur des Renseignements Militaires des FAC.

Commandant des écoles militaires, où il a formé des milliers d’officiers et de sous-officiers.

Il termine comme Second au Conseil National de Sécurité, en fait il en est le vrai patron. Car JDO est un idiot qUi nE comprend rien dans le renseignement.

Une tête bien faite, un courage exceptionnel. tout ce que SASSOU et les imams de caves n'aiment pas.

Le 03/04/13, lors de son anniversaire, il a dit ceci " même la peur à ses limites, il faut vaincre la peur. Car elle est toujours mauvaise conseillère."


MARVIN

16/10/2013

Zenga Mambou

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons