Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 11:56

Riche en ressources pétrolières, minières et forestières, la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEMAC)est l’une des régions d’Afrique où la pauvreté affecte la plus grande partie de la population. D’une superficie de 3 millions de km² - allant du Congo-Brazza à la Guinée équatoriale en passant par le Gabon, le Cameroun, la République centrafricaine et le Tchad - la CEMAC est un petit marché de 32,1 millions d’habitants.

Selon des données du rapport mondial sur le développement humain publié par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), 33,4% de la population du Cameroun vivent avec moins d’un dollar par jour et ces chiffres atteignent 66,6% pour la population de Centrafrique et près de 70% au Congo.

Les échanges commerciaux intra-communautaires sont encore faibles en raison de l’absence d’infrastructures de base, comme les routes et dessertes ferroviaires, et des lenteurs dans le processus d’intégration régionale.

« Nous sommes en train de nous organiser pour accélérer l’intégration régionale. C’est notre première priorité », avait assuré le secrétaire exécutif de la CEMAC, Jean Nkuete, lors d’une conférence de presse en marge du lancement des négociations entre la CEMAC et l’Union européenne (UE) pour un accord de partenariat économique en 2007.

Le commerce intra-régional est de l’ordre de 2% pour les importations et de 1% pour les exportations. D’après le M. Pascal Lamy, le commerce entre la CEMAC et le seul Nigeria - géant économique de l’Afrique de l’Ouest - est « supérieur au commerce intra-régional ». Le commerce bilatéral entre l’UE et la CEMAC associée à Sao Tomé et Principe représente à peine un flux de 7 milliards d’euros/an (Chiffres 2007).

Les principales exportations vers l’UE sont constituées essentiellement de produits pétroliers qui représentent 48% de ces exportations, de bois (18,4%), de cacao (4%), de bananes (3,8%), de coton (2,2%), d’aluminium (1,5%), de diamants (3,8%), de café (1,1%) et de manganèse (1%).

Le pétrole est la première ressource d’exportation de la plupart des pays de la CEMAC et, selon la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) basée à Brazzaville, « le principal déterminant de l’évolution de la CEMAC ».

Dans un de ses rapports, la BDEAC indique qu’au cours de cette année, la production pétrolière globale a été de 41,4 millions de tonnes pour quatre des six pays de la CEMAC : Cameroun, Congo, Gabon et Guinée équatoriale.

La CEMAC doit « commencer par construire un marché commun pour bien asseoir l’intégration régionale ».


Source : Infosplusgabon


NOTE:

 

Gangrenée par la corruption, cette région n’inspire plus confiance aux investisseurs étrangers. Il est clair, si on veut rentabiliser son argent, il faut éviter de le mettre dans le gueule du lion.

Pour ramener la confiance, les principaux responsables de cette sous région d’Afrique doivent prendre des résolutions fermes contre la corruption.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI - dans BVAM
commenter cet article

commentaires

Loemba 04/01/2010 20:06


Il ya un pari fou à tenter pour le Congo Brazzaville au delà de la corruption. Recenser toutes les familles Congolaises (père mère enfants).Définir un projet de vie familial pour chaque
famille.Leur offrir un million de francs CFA par famille pour réaliser leur projet. Réflexion pour la mise en oeuvre. Voilà le coup du siècle.
Auguste Loemba


Philippe ASSOMPI 04/01/2010 21:49



L’idée n’est pas farfelue cher LOEMBA.


Puisque les projets initiés par tous les gouvernements depuis l’indépendance jusqu’aujourd’hui se sont soldés par des échecs.


La preuve 70% des nôtres vit dans une misère sans nom alors que les revenus liés au pétrole sont en perpétuel augmentation.


Le décalage est assez choquant quand t-on sait que ce pays est sous peuplé, moins de quatre millions d’habitants.


Je crois qu’il est temps de favoriser l’émergence des projets issus de la population civile pour permettre au plus grand nombre de retrouver les conditions de vie plus digne.


Cela au moins aura le mérite d’éviter d’engraisser les tenants de la corruption.



Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons