Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 17:52

Tanneur, Modéliste en Chaussure et Maroquinerie, l’un des rares noirs en France dans ces domaines d’activité, j’ai initié Brazza Vitrine Africaine de la Mode dans l’idéal de faire de la capitale de la SAPE, Brazzaville, la plate forme africaine de la mode à l’instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l’Asie…

Outre mes qualifications dans le domaine du cuir, je suis également Agent de Développement de Vie Associative, le montage de projets est mon métier. C’est donc en homme averti que je milite, à travers BVAM, pour l’industrialisation du Congo.

Car je suis convaincu que c’est la seule voie pour sortir ce pays, quatrième producteur du pétrole de l’Afrique subsaharienne, de la misère.


Il faut rappeler que d’après le classement des économies, étude de la Banque Mondiale, l’économie congolaise occupe les quatre dernières places sur 181 pays répertoriés.

Le regretté journaliste Bruno Ossébi, avec qui j’avais eu l’honneur d’échanger à plus de trois reprises, avait écrit dans Mwinda non sans ironie je l’avoue, je le cite: « Philippe Assompi est le seul congolais à croire à l’industrialisation du Congo. »

Aujourd’hui, je constate que je ne suis plus seul puisque ce thème constitue l’un des deux axes du Chemin d’Avenir, le programme de société du Président Denis Sassou Nguesso.

Sans crier victoire, il faut reconnaître que c’est une avancée.

Devant le chômage de masse qui affecte les populations congolaises depuis plusieurs décennies, l’action est la réponse qui convient.

Comme Nicolas Hulot, je n’aborde la politique que pour faire valoir une cause.

Brazza Vitrine Africaine de la Mode est un projet qui n’attend que feu vert du Chef de l’État pour être mis en chantier.

Soutenu par l’Élysée, Matignon et la ville de Romans, haut lieu du cuir, la chaussure et la maroquinerie de luxe, l’axe central de ce projet est le transfert de compétences. Car on ne peut pas parler de l’industrie sans faire état de la formation. A savoir que le dispositif français de formation est l’un des meilleurs au monde, sans mésestimer l’avantage de la langue.

D’autre part, le partenariat de la France rend éligible le projet au niveau des financements européens.

Il ne faut pas oublier que la plus forte communauté congolaise à l’étranger réside en France. Ailleurs, la diaspora fait partie des solutions. Pourquoi, le Congo ne serait-il pas dans cette dynamique?

Si, il est vrai que la volonté politique congolaise est maintenant en faveur de la reconstruction de ce pays, alors BVAM peut servir de laboratoire au programme présidentiel, l’industrie de la mode étant un gisement en terme de créations d’emplois.

Toute la documentation relative à ce projet se trouve sur le bureau du Chef de l’État congolais.

Ce dossier lui a été remis en mains par SEM Henri Lopes lors de son séjour à Brazzaville en Février 2008.

Je crois qu’il est temps de décider de manière à valoriser les compétences et les expériences afin de créer une dynamique qui écarte toute forme d’amateurisme.

J’avais déjà écrit, au risque de me répéter, que ce n’est pas parce qu’on a l’habitude de mal faire, qu’il est interdit de bien faire.

Et, ce n’est pas aussi parce qu’un peuple a toujours vécu dans la misère, qu’il lui est interdit de connaître les jours heureux.

Les grands hommes commettent des erreurs comme tout le monde, mais ils finissent toujours par redresser la barque.

Monsieur le Président, le discours du 14 Août dernier est un constat criant de vérité, il faut maintenant passer à l’action. Car c’est par le travail que viendra le consensus.

L’histoire est seule juge.

Philippe ASSOMPI


NB - Entre l'économie de la corruption et l'économie, le Président de la République, fort de la confiance que le peuple congolais vient de lui manifester, doit faire un choix afin que ''le Chemin D'Avenir'' soit conduit de façon optimale.

L'économie congolaise doit répondre aux règles de la mondialisation pour être créatrice d'emplois.

Ce qui suppose que le Chef de l'État doit être conséquent dans la lutte contre la corruption.

Dans un monde de plus en plus concurrentiel, ce point est fondamental pour attirer les investisseurs étrangers. Lesquels doivent être rassurés.

En économie, la confiance est de mise.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Mbiki De Nanitélamio 30/01/2010 10:27



Je respecte votre engagement et surtout votre profession qui mérite bien de prendre sa place dans notre pays, mon frère.


Mais comme vous le savez, si vous avez la chance de vous retrouver de temps en temps avec des gens qui font entendre vos envies, l'enseignant et le politicien que je suis et qui est tous les
jours suivi, n'arrive toujours pas à ramener mon frère, l'auteur du chemin d'avenir que vous voulez emprunter avec lui : dans le véritable chemin de bonheur, celui de la Démocratie Républicaine
que nous avons pourtant tracé ensemble pour notre Congo, le 15 mars 1991, suite aux conclusions de la Conférence Nationale souveraine initiée par lui.



Courage mon frère, il y a bien un jour qu'on appelle demain qui vous fera oublier la réponse que vous attendez depuis 2008.



Toutes mes félicitations.


Mbiki De Nanitélamio



Mbiki De Nanitélamio 30/01/2010 10:21



Je respecte votre engagement et surtout votre profession qui mérite bien de prendre sa place dans notre pays, mon frère.


Mais comme vous le savez, si vous avez la chance de vous retrouver de temps en temps avec des gens qui font entendre vos envies, l'enseignant et le politicien que je suis et qui est tous les
jours suivi, n'arrive toujours pas à ramener mon frère, l'auteur du chemin d'avenir que vous voulez emprunter avec lui : dans le véritable chemin de bonheur, celui de la Démocratie Républicaine
que nous avons pourtant tracé ensemble pour notre Congo, le 15 mars 1991, suite aux conclusions de la Conférence Nationale souveraine initiée par lui.

Courage mon frère, il y a bien un jour qu'on appelle demain qui vous fera oublier la réponse que vous attendez depuis 2008.

Toutes mes félicitations.


Mbiki De Nanitélamio



Loemba 24/09/2009 09:59


Bonne initiative monsieur Assompi.
A ce titre, je relance un dossier de développement agro-alimentairepour le Congo-Brazzavile que je vais proposer au Président. La seule condition de réussite de ce type de projet est avant
tout la réalisation des infrastructures routières pour permettre les échanges régionaux et facilitér le déplacement des acteurs économiques à l'intérieur du pays. Bon courage.


Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons