Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 10:27

 

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONGO BRAZZAVILLE.


Philippe ASSOMPI
à

Monsieur le Président de la République du Congo Brazzaville.


Monsieur le Président,

dans la lettre ouverte que j’adressais le 09 avril 2007 à SEM Henri Lopes, lettre disponible sur le premier site des chrétiens, journalchretien.net, je lui disais que je ne nous croyais pas capables de sortir notre pays de la misère par la construction des avions. Par contre, nos chances étaient réelles dans les industries de la mode, la chaussure, la maroquinerie, le vêtement…

L‘émiettement des taches, avec un très fort taux de petites mains, dans ces secteurs d‘activité avait permis à un pays surpeuplé tel que la Chine de partager efficacement le travail.

Intéressé par les questions de la mode, votre chic en dit long à ce sujet, vous n’êtes pas sans ignorer que la création africaine, portée par une ville du continent noir à l’instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l’Asie, manque cruellement sur la scène internationale.

Or et je l‘affirme pour la énième fois,

Si le courage est américain,

Le flegme anglais

Le savoir-faire français,

L’élégance est noire.

Curieusement et paradoxalement, l’africain n’en vit pas. Alors que la mode est porteuse en terme d’emplois.

Pays de la SAPE, le Congo avec son pétrole a les moyens de se positionner dans ces secteurs d’activité. Et, de s’imposer dans la création contrairement à la Chine, à tord ou à raison, qui est dans le registre de l‘imitation ou de la copie.

Monsieur le Président, loin de moi l’intention d’aborder les sujets qui fâchent. Mais comment peut on parler d’un projet sans faire état du constat?

Or, le constat nous ramène à l’étude de la Banque Mondiale qui loge l’économie congolaise aux 4 dernières places sur 175 pays répertoriés (le rapport 2008 situe notre l'économie à la 175ème place sur 178).

Ce qui me permet de dire qu’après le socialisme, notre élite n’a pas su adapter notre économie aux changements survenus à partir de la chute du mur de Berlin.

Rangée ou inexpressive quand t-elle ne cultive pas la rancœur, notre intelligentsia n’a jamais été en harmonie avec les préoccupations premières de nos populations.

Sinon comment imaginer que Brazza Vitrine Africaine de la Mode, un projet soutenu par l’Élysée et Matignon, lequel vise en dix ans la création de dix à quinze mille emplois au Congo n’ait aucunement retenu l’attention de notre élite, majorité et opposition confondues.

C’est à se demander quel est le rôle des chambres parlementaires congolaises?

Je rappelle que BVAM met en évidence la formation à travers le transfert de compétences entre Romans, haut lieu de la chaussure et la maroquinerie de luxe, et le Congo.

C’est un projet qui donne des perspectives louables pour notre jeunesse. La formation étant la base de la réussite pour une société qui ambitionne de stopper la misère.

A savoir que l’oisiveté est le pire ennemi du progrès

Monsieur le Président, d’après l’ONU, il à prévoir des millions de morts pour cause de malnutrition dans un avenir relativement proche. Les plus fragiles, particulièrement les enfants, seront à cet effet les plus exposés.

Malheureusement, nous sommes cités parmi les 37 pays concernés par ce cri d’alarme. Monsieur le Président, père vous êtes, chaque fois qu’un millimètre sera gagné au détriment de ce fléau, ce sera un grand pas, une grande avancée.

Pour ce faire la question économique demeure cruciale.

Dans l’ordre des priorités, elle passe devant la démocratie.

Car, elle permet par le travail de conscientiser un peuple loin des conséquences, tragiques le plus souvent, liées aux raisonnements imposés par la famine.

Congolais, je suis Modéliste en chaussure et maroquinerie, l’unique noir dans ce domaine. La technologie de la chaussure étant très complexe du fait que pour une pointure, le chaussant doit être standard au ras de la peau pour des millions de pieds.

Je suis aussi tanneur, je connais le cuir, le tannage de la peau. Une industrie qui au Congo peut favoriser en amont l’élevage des crocodiles et d’autres reptiles à la chair également comestibles.

C’est donc en professionnel que je sollicite votre engagement afin que Brazzaville devienne la vitrine africaine de la mode. Dans cette dynamique, notre pays pourra faire valoir ses atouts pour attirer l’attention des meilleurs joailliers du monde. Lesquels formeront une génération de congolais qui inscrira en lettre d’or notre pays dans les manuels du luxe, avec les investissements et partenariats que cela implique.

La création d’une zone industrielle en périphérie de Brazzaville donnera à la ville une senteur telle que, à force d’effort et de travail, notre capitale pourra afficher sans complexe ses ambitions dans la cour des grands.

Les courriers, ci-joints, du 14 juin 2007 - référence CAB IV/4-LD/IC R002251.01 et du 15 janvier 2008 - référence SCP/CdO/A010098, respectivement de Matignon et de l’Élysée, recommandaient l’instruction de BVAM par le Quai d’Orsay.

C’est donc un projet élaboré qui n’attend que votre avis, Monsieur le Président, pour être conduit à maturation.

Sachant qu ‘une action incluant une ville française, Romans, ouvrira les portes aux financements européens, une étape stratégique pour mettre en alerte les capitaux privés.

Notre pays à l’avantage d’être sous peuplé, moins de trois millions d’habitants, avec une production pétrolifère qui ne cesse de croître.

Donc, avec une politique économique offensive, amplement volontariste et une luminosité sur les critères de choix, nous n’aurons pas du mal à sortir de la zone rouge et de viser le plein emploi.

Le challenge vaut la peine d’être relevé car nul n’est né forgeron, on le devient.

D’autant plus que la SAPE est au Congo un sport national. D’ailleurs la presse reconnaît en vous l’idéal ambassadeur de cette mouvance.

Ce pourquoi, je suis convaincu que BVAM mettra en évidence l’ingéniosité populaire.

Dans l’attente, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de mes sentiments sincères.

 

Philippe ASSOMPI

Monsieur le Président,

en réponse à la mobilisation grandissante autour de

Brazza Vitrine Africaine de la Mode, il aurait été souhaitable que vous manifestez une volonté politique lisible à travers la création d’un comité, composé de techniciens romanais et congolais, en charge de piloter ce projet.

Puis-je rappeler Monsieur le Président que BVAM met en évidence en 10 ans 10 à 15 mille emplois à la portée des congolais. Or, l’emploi est le seul remède pour contrer de manière efficace les millions de morts annoncés par l’ONU pour cause de famine.

En cela BVAM suggère la vie.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Assompi Philippe - dans BVAM
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons