Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 05:32
Silence, Denis Sassou Nguesso tue au Congo avec la complicité coupable de la France.

Il y a des silences qui inquiètent.

Il y a des silences qui ne traduisent que la complicité.

En effet le silence des médias français face au drame qui se joue dans le département du Pool, département limitrophe de Brazzaville, capitale du Congo, souligne une ingratitude quand on connait le rôle de cette ville durant le seconde guerre mondiale.

Dans les manuels d'histoire, seul l'appel de Londres fait figure de référence au rassemblement des forces vives françaises. Alors que sans l'adhésion des africains, à travers le gouvernement de l’AEF qui donna au général la dimension d'un Chef de l'Etat, De Gaulle aurait eu du mal à se faire entendre le 18 Juin.

L'histoire en est témoin.

L'amnésie du corps médiatique, eu égard à cette période tragique de l'histoire de France, n'exprime t-elle pas la volonté de taire l'indéfendable ?

Qui ignore que la France est la premiere puissance prédatrice en Afrique ?

Le blog de deux éminents historiens, Vincent Hiribarren et Jean-Pierre Bat, donne un éclairage à ce sujet.

Le mea-culpa, bien que tardif, de Jacques Chirac, ne suffit-il pas à éveiller les consciences ?

Quand Emmanuel Macron voit le déclin de l'Afrique à travers la natalité, n'y a t-il pas une plume pour lui demander de retirer la poutre de son œil avant de donner des leçons à tout-va ?

Pour rappel celui-ci était ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique quand eu lieu l'entretien par lequel le 07 Juillet 2015 à l' Élysée, contre toute attente, Denis Sassou Nguesso, 32 ans au pouvoir, reçu de son homologue François Hollande le soutien à la modification de la constitution congolaise. Le dossier relatif au tête à tête entre ces deux chefs d'état fût conduit par Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la defense, et non par le quai d'Orsay comme cela est de coutume. Or Jean-Yves Le Drian est le patron de la diplomatie d'Emmanuel Macron. Donc le maître des horloges n'ignore rien de ce qui se trame au Congo. Il sait que le drame dans le département du Pool résulte de cet entretien. Car depuis la modification de la constitution congolaise s'est installé dans ce pays, troisième producteur de pétrole de l'Afrique subsaharienne, un climat de terreur ponctué d'élections truquées, d'arrestations arbitraires, de tortures et de disparitions.

Il faut se souvenir qu'en 1997, c'est au prix d'une guerre civile horrible que Paris, alors en cohabitation Chirac – Jospin, imposa Denis Sassou Nguesso à la tête du Congo, au total, selon France Inter, des dizaines de milliers de morts, 500000 personnes déplacés, 800000 sans abri.

En 1997 comme aujourd'hui, le Quai d'Orsay a pesé de tout son poids pour ne pas que ces drames ne fassent les unes de l'actualité. Les médias, consentants pour certains, sont tenus à l'écart. À savoir que les politiques et les journalistes français, comme la majeure partie des dictateurs africains, appartiennent à des loges. Ce sont des frères. La solidarité maçonnique explique que les morts africains, que cela soit en mer méditerranéen ou dans leurs propres pays victimes des dictatures, n'ont aucune importance. Ils ne comptent que pour du beurre.

Circulez, il n'y a rien à voir.

Au même titre que le droit de veto de la Russie qui couvre les crimes de Bachar el-Assad en Syrie, celui de la France, France à Fric oblige, donne le droit de tuer à Denis Sassou Nguesso.

Monsieur François Louncény Fall, le représentant spécial du Secrétaire Général des Nations unies pour l'Afrique centrale, se dit inquiet de la situation dans le Pool et fait étant de 80000 déplacés. Quant à la journaliste Florence Morice, grand reporter RFI, qui a enquêté dans ce département en Mai dernier, elle souligne des cas graves de malnutrition, notamment pour les enfants.

Il y a urgence d'ouvrir un couloir humanitaire.

La France ne doit plus se cacher derrière son petit doigt. Elle doit agir. D'où l'impérieuse nécessité d'une campagne médiatique pour mobiliser l'opinion publique afin de faire pression sur l'Elysée. Lequel a les moyens d'exiger et d'obtenir de son protégé, outre le couloir humanitaire, un dialogue sous l'égide de la communauté internationale afin que ce pays retrouve le chemin de la paix, une paix durable.

Si, il reste un peu de mémoire aux médias français, il est temps de se racheter. Même si, on a l'habitude de mal faire, il n'est jamais trop tard pour bien faire.

Philippe Assompi

Lanceur d'alerte.

 

NOTE : Au vingt-et-unième siècle, à l'ère des nouvelles technologies, au moment où les africains, au péril de leur vie, traversent la méditerranéen dans l'espoir d'une vie meilleure, croire à l'avenir de la FrançAfrique relève d'un cynisme démentiel.

La crise migratoire ne pourra être circonscrite que si on commençait par ne plus déstabiliser l'Afrique.

À ce jeu, la France joue au pompier pyromane.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons