Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 11:01
Sassou Nguesso – Ali Bongo, le clan des tricheurs. FrançAfrique, édito de Christophe Barbier.

Il y eut la jurisprudence ivoirienne, il y aura sans doute l'exemple gabonais. Plusieurs leçons à retirer du chaos actuel au Gabon :

- d'abord, on ne peut plus être élu par la force ou par la triche.

- On ne peut plus transformer la démocratie en instrument de pacotille qui vient suppléer finalement les dictatures.

Non, ceux qui veulent rester au pouvoir malgré le choix des électeurs eh bien, ils se font attraper. Parce qu'il y a la transparence, il y a Internet, il y a des réseaux sociaux, il y a des observateurs internationaux, il y a un monde médiatisé et cela devient de plus en plus difficile pour les tricheurs et les escrocs du pouvoir de se maintenir.

De toute évidence, Ali Bongo est de cette catégorie.

Ensuite, il y a une autre leçon plus inquiétante pour nous français. La FrançAfrique n'est plus ce qu'elle était et c'est tant mieux. C'était un surgeon du passé colonial.

Mais pour l'instant rien de bien clair n'a remplacé la FrançAfrique.

On voit bien qu'aujourd'hui Paris est à la fois ennuyé, inquiet de la situation au Gabon, ne veut pas mettre sa tutelle de manière trop visible. Et tout de même, en dessous, essaie de tirer les ficelles pour trouver une issue.

Quand on a pas le mandat de L'ONU, on ne peut pas recourir à la force. C'est une bonne chose.

Quand il n'y a pas de necessité de demander le mandat de l'ONU, comment fait-on ?

Comment amener à la raison les acteurs d'un système qui peuvent emporter tout leur peuple dans un chaos ?

C'est ça le devoir de la France.

Pas au nom du passé, au nom du présent, parce que cette jeunesse francophone nous concerne où qu'elle soit. Et, au nom surtout de l'avenir parce que l'avenir de l'humanité toute entière passe et passera de plus en plus par l'Afrique.

De son bon développement, démocratique et économique, dépend aussi une partie de notre bonheur futur.

L'edito de Christophe Barbier

Directeur de la rédaction de L'EXPRESS.

 

STATISTIQUES ETHNIQUES.

"C'est constitutionnellement impossible.

Pourtant, ce serait une confrontation utile au réel. Nous verrons alors la vraie photographie de la France. Beaucoup de discours politiques apparaîtraient alors pour ce qu'ils sont: anachroniques et caducs. Les principaux partis républicains doivent prendre conscience de ce nouveau visage métissé et imaginer de nouveaux programmes."

Alain Mabanckou

Romancier

Professeur au Collège de France 2015-2016.

Libération du 08 Septembre 2016.

 

Quand Emmanuel Macron dénonce la démographie africaine, il semble oublier que la France est une grande puissance colonisatrice et que depuis plus de trois siècles, les africains, avec leurs us et coutumes, vivent non seulement sur le territoire français, mais, ils sont français. La contribution des africains à la natalité en France est un fait majeur que beaucoup de politiques font semblant d'ignorer. Ce n'est pas un hasard si l'assemblée nationale compte désormais en son sein, neuf députés issus de l'immigration africaine.

Sassou Nguesso – Ali Bongo, le clan des tricheurs. FrançAfrique, édito de Christophe Barbier.

Et, ce chiffre n'est que la partie visible de l'iceberg. En réalité, les français d'origine africaine peuvent représenter entre cinq à dix pour cent du corps électoral. Des hommes et des femmes dont les cœurs chavirent toutes les fois que les leurs périssent en mer méditerranée.

COMMENT AMENER À LA RAISON LES ACTEURS D'UN SYSTÈME QUI PEUVENT EMPORTER TOUT LEUR DANS UN CHAOS ?

 

Ainsi s'interroge Christophe Barbier.

 

Pour élucider cette question, il faut repartir à la fin de la colonisation, c'est-à-dire dans les années soixante. En effet, la relation spéciale entre la France et ses ex-colonies est mise en place à la demande du Général De Gaulle par Jacques Foccart, placé au poste de Secrétaire Général de l'Élysée aux affaires africaines et malgaches de 1960 à 1974, et se caractérise par le rôle des réseaux extra-diplomatiques (services de renseignement, entreprises, etc.) et l'ingérence directe des autorités françaises dans les affaires intérieures des anciennes colonies.

A la base, le système est conçu par la France dans le but d'avoir la mainmise sur le sous-sol africain. C'est ce qui explique que la FrançAfrique est plus prononcée en Afrique centrale, le centre du continent africain étant très riche en matières premières. Le Congo et le Gabon sont les deux premiers pays producteurs de pétrole du pré-carré français.

Même si la clé de la FrançAfrique se trouve dans le triangle des frères, dictateurs africains, politiques et médias hexagonaux, Paris-Brazza-Libreville, en ce qui concerne le noyau dur du système, le dernier mot revient à l'Elysée, article 14 de la Constitution de la Cinquième République.

Donc au delà l'influence maçonnique de plus en plus incontournable au sein de la FrançAfrique, la decision finale reste exclusivement élyséenne.

Avec la montée des nouvelles technologies, il n'est plus permis de faire la politique comme avant la chute du mur de Berlin. Car il y a désormais une transparence imposée par Internet, les réseaux sociaux, les lanceurs d'alerte étant aux aguets.

Face aux tricheurs là-bas, il y a ici un électorat dont le vote est assujetti à la politique africaine de la France. Face aux dictateurs et à la FrançAfrique, il y a les franco-africains. Tous égaux devant les urnes, un vote n'a pas de couleur. Dans le dégagisme, il y a un pourcentage de colère relatif à cette cause, à l'Elysée d'en tenir compte, rendez-vous en 2022.

Philippe Assompi

Lanceur d'alerte

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons