Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 20:11
Orphelins depuis la guerre civile de 1997, abandonnés, ses enfants errent et créent un climat d'insécurité à Brazzaville

Orphelins depuis la guerre civile de 1997, abandonnés, ses enfants errent et créent un climat d'insécurité à Brazzaville

Natif de Poto-Poto, je suis un enfant de la rue. Mais à mon époque la rue nous protégeait tant elle était imprégnée de la culture bantous, une culture fondée sur la solidarité et le respect de l'autre.

Aujourd'hui, à cause du pétrole et des pratiques venues d'ailleurs, les enfants de la rue sont devenus des kulunas, abandonnés à eux mêmes.

Or un pays qui délaisse ses enfants obstrue son avenir.

Philippe Assompi

Cliquez ICI pour intervenir ou suivre

l'intégralité des échanges sur facebook

 

 
Commentaires
Yomard-Michel Douniame non mon grand, vous étiez les enfants dans la rue: ceux qui profitaient des espaces libres pour jouer, échanger avec des copains, profiter de la vie., le soir vous repartez dans vos familles. Ceux que l'on retrouvent dans la rue aujoud'hui ce sont des enfants de la rue c'est-à-dire qui vivent et dorment dans la rue car abandonnés par leurs familles pour de multiples raisons avouées et surtout non avouées.
Abm Abaime Il ya une différence entre des enfants qui jouent dans la rue et entrent chez eux le soir et les enfants dits de la rue qui eux n ont de refuge que la rue avec ce qu elle de plus ruelle. Ce sont les deuxièmes qui ayant tout enduré dans leur enfance dans la rue deviennent des bébés noirs.
Philippe Assompi .

Un enfant est un être en construction.

Il a besoin d'un encadrement.
J’aimeRépondre19 h
Isidore Aya Tonga AUX FRONTIÈRES DE L’HUMANITÉ: L’HUMAIN SERA-T-IL FONDAMENTALEMENT RÉPARABLE COMME UNE VOITURE ? 
https://www.youtube.com/watch?v=zw4dRi9Pue0
Paolo Benjamin Moussala Je me souviens lorsque j'étais gamin, avant d'aller rejoindre et traîner dans la rue avec mes copains, je me souviens encore du discours de ma chère défunte mère. Elle me disait : "Ecoute, Paolo, tu vas aller dans la rue, je te fais confiance ; mais sa...Voir plus
Alain Deprouw Bien dit
Paolo Benjamin Moussala Autrement dit, ma mère savait me faire découvrir que la rue, quelque part, était liée à la famille, qu'il y avait du lien ; que l'on ne pouvait pas faire n'importe quoi dans un endroit sans que cela ne revienne à ses oreilles. C'est justement ce qui ne fonctionne plus dans nos grandes cités urbaines. La rue n'est plus un espace de socialisation, elle est devenue plutôt un espace de désocialisation. C'est dire que la nuance avec les enfants dans la rue, les parents n'étaient pas démissionnaires contrairement à ceux de la rue, aujourd'hui de plus en plus en difficulté, sont accusés de démissionner par les institutionnels. Tout à fait d'accord avec toi mon frère Yomard-Michel Douniame
Yomard-Michel Douniame Je découvre Poto poto en 1976 pendant les vacances avec les CVO et l'orchestre bilengué saka à la grande école de Poto Poto. On hurlait de joie avec tous ces enfants de ce quartier. j'habitais à l'époque 11 rue haoussa juste en face de la mosquée aujourd'hui repeinte en vert m'a-t-on apprit.
 
 
Paolo Benjamin Moussala Ah oui ! La belle époque, je garde effectivement un bon souvenir des centres organisés de vacance en sigle CVO, on se retrouvait chaque été à la grande école de poto-poto.
Yomard-Michel Douniame mais je ne revendique pas d'être un enfant de Poto Poto mais de son plateau natal.
Philippe Assompi .

J'ai toujours rêver finir mes jours dans les plateaux, Yomard-Michel.
 
Don Presley Mhatt d'Oyo Don Presley,muana ya l'état.
Philippe Assompi .

A zanga papa na mama.
J’aimeRépondre14 h
Don Presley Mhatt d'Oyo Noko Philippe Assompi,la rue est une grande école. C'est dans celle-ci que nous avons acquis les valeurs (pratique) de la vie là où les parents nous les donnaient théoriquement à la maison. Hélas que nos frères d'aujourd'hui en soient des mauvais copistes.
Philippe Assompi .

Tout à fait.
 
Marie-Paule Koulama Triste réalité
Philippe Assompi .

Très triste, ma chère.
J’aimeRépondre14 h
 
Alain Deprouw J'aime pas cette réalité.
Philippe Assompi .

Moi non plus, Alain.
J’aimeRépondre12 h
Alain Deprouw Je me doute bien. Tiens . Voilà. 30 ans qu'on se connaît. Et quoi de mieux ? Hein? Rien . Pire chez nous et pire en Afrique. Afrique et ailleurs aussi. Toujours des mêmes pourritures au pouvoir. Et les merdes d'extrême droite qui puent. Voilà. On parle revolution depuis des lustres et à l'aube de notre vieillesse on est comme des cons à se lamenter . Oui mon frère ! On a pas été bon. Voire même, on a été mauvais. Et dimanche on fait quoi?
Je tembrasse mon Djalma.
 
Nafissatou Diallo Vous avez raison
 
 
Omer Alain Moukanza Non !!mon frère cette appellation bien que bénéfique à notre tendre enfance nécessite à mon entendement un bien fondé sur notre éducation, le respect,ceci nous édifier pour un monde meilleur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons