Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 11:29
Président Marien Ngouabi, fondateur du Parti Congolais du Travail.

Président Marien Ngouabi, fondateur du Parti Congolais du Travail.

Manifeste du 12 décembre 2016 des Membres du Parti Congolais du Travail de la Fédération de France et d’Europe

Nous, membres du Parti Congolais du Travail de la Fédération de France et d’Europe, avons l’honneur de porter à la connaissance du Comité Central du Parti notre Manifeste, conformément aux dispositions des articles 6 et 7 De la Doctrine et des Objectifs du Parti, et des articles 89, 90, 91, 92, 93, 94 Des Droits et Devoirs des membres du Parti, des Statuts du Parti Congolais du Travail, adoptés au cours du VIème Congrès Extraordinaire tenu du 21 au 25 juillet 2011 à Brazzaville.

Avant d’aborder l’objet de ce Manifeste et d’exposer les arguments qui le sous-tendent, nous soutenons que, compte tenu de la gravité de la crise morale, politique, sociale, financière et économique, et des graves atteintes aux libertés primaires que vit notre pays en cette période post-référendaire, nous soutenons, dis-je, que notre démarche est légale au regard des articles 7 et 8 Des Principes d’Organisation du chapitre IV des Statuts du Parti.

Nous soutenons également, qu’aux termes des articles 6 et 7 De la Doctrine et de ses Objectifs, des articles 8 et 9 Des Principes d’Organisation et de Direction, de l’article 37 Du Président du Parti, de l’article 49 Des Instances et des Organes de base du Parti, enfin des articles 89, 90 et 94 des Droits et Devoirs des membres du Parti desdits Statuts, nous soutenons donc que l’objet et les arguments de ce Manifeste sont recevables, concomitamment par la Présidence du Parti, par le Secrétariat général du Parti, par le Secrétariat Permanent et par la Présidence de la Commission Nationale de Contrôle et d’Évaluation.

Camarade Président du Comité Central, Président de la République, Camarade Secrétaire Général, Camarade Président de la Commission Nationale de Contrôle et d’Évaluation, Camarades membres du Secrétariat Permanent, Camarades membres de la Commission Nationale de Contrôle et d’Évaluation, Camarades membres du Comité Central, Camarades membres du PCT et sympathisants, il est de notre devoir de vous rappeler que le centralisme démocratique et ses principes ont été abolis lors du IVème Congrès extraordinaire, ce qui aurait dû se traduire par le rejet des conceptions dogmatiques et arriérées, inhibitrices de l’épanouissement de la culture démocratique au sein du PCT.

Vous admettrez, nous en sommes persuadés, que la crise post-référendaire du 20 octobre 2015 et son cortège de massacre des jeunes, et la crise post-électorale du 20 mars 2016 ont gravement remis en cause la paix et la cohésion nationales.Ce 12 décembre 2016, nous célébrons le 41ème anniversaire du courage politique d’un homme exceptionnel, le Camarade Marien Ngouabi, Président du Comité Central du PCT, Président de la République Populaire du Congo, qui s’est mis en cause dans une autocritique, le 12 décembre 1975, quand la gouvernance du pays par le Parti présentait de graves manquements.

Dans La Déclaration du 12-12-75, il mettait en cause les hommes politiques et les Institutions dans une critique du Secrétariat Permanent dont il était membre, du Bureau politique et du Comité Central du Parti Congolais du Travail. Le camarade Marien Ngouabi y dénonçait la corruption, la gabegie financière, la concussion, le tribalisme et la corruption des consciences.

Cette courageuse posture eut pour conséquence la démission du Secrétariat Permanent du Bureau Politique et la mise en place de l’Etat-Major Spécial Révolutionnaire qui avait la mission de préparer le IIIème Congrès extraordinaire.

Eu égard à l’aggravation de ces anti-valeurs sous le règne du Camarade Président du Comité Central, le Président de la République Denis Sassou Nguesso, alors même qu’il les a stigmatisées au cours de son discours d’investiture du 16 avril 2016,nous, Isaac Djoumali Sengha, Paolo Benjamin Moussala, Joseph Dzongodi, Pierre Socath, Benjamin Baby Mizelet, Paul Louis Louzolo, Camille Itoua, Inès Loembé, Anne Sophie Gambou, Stanislas Bonienga, Valérie Anémone Ngassaki, Godefroy Ibata, Bebey Joachim Noumazalay, membres du Parti Congolais du Travail de la Fédération de France et d’Europe :

  • Considérons que, compte tenu des prérogatives qui sont les vôtres, il va de soi que vous êtes compétents pour examiner le Manifeste du 12 décembre 2016 des Membres du PCT de la Fédération de France et d’Europe,

  • Porterons à la connaissance de l’opinion nationale et internationale le contenu des Motions et Résolutions du présent Manifeste dont vous avez la primeur, au cas où vous refuseriez de les examiner ou si vous tentiez de bloquer notre action de quelque manière que ce soit,

  • Réitérons notre Appel du 18 juin 2016, car chaque jour qui passe confirme la mise en veilleuse des instances du Parti. En effet, depuis décembre 2015, le Comité Central n’a tenu aucune session annuelle, ni convoqué le Vème Congrès ordinaire. Les difficultés financières dans lesquelles se trouve actuellement le PCT ne sont sans doute pas étrangères à cet état de fait. (Retard de salaire depuis sept (7) mois),

  • Estimons que la question majeure du changement de la Constitution du 20 janvier 2002 aurait dû être soumise à l’examen de l’organe suprême du Parti, le Congrès, qui en a la souveraineté selon les articles 57 et 58 (Section 3 : Des Instances et Des Organes supérieurs, paragraphe 1 : Du Congrès National),

  • Exigeons du Président de la République qu’il privilégie la solution politique (l’application des différents dialogues) à la solution militaire et/ou pseudo-judiciaire dans la tentative de résolution du profond contentieux électoral et de la crise armée dans les départements du sud Congo, notamment dans le Pool, et exigeons la libération des prisonniers politiques et d’opinions,

  • Rappelons que la Fédération de France, fortement démembrée, ne s’est pas réunie une seule fois depuis la session inaugurale de juin 2014, pas plus que le Comité d’Île-de-France et le Comité interrégional. Dans ces conditions, son Président n’est pas habilité à engager la Fédération de France dans une quelconque procédure, ni à parler en son nom dans les médias,

  • Soutenons que le Rapport Annuel du Bureau Politique (Bilan de janvier à décembre 2015) à la Vème Session ordinaire du Comité Central du Parti est entaché de faussetés au chapitre relatif au Département de l’Organisation concernant la Fédération de France et d’Europe (p.89-90),

  • Soutenons la démarche critique de la Commission Nationale de Contrôle et d’Évaluation en vue d’étendre sa mission à toutes les Fédérations, à tous les organes intermédiaires et de base, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, et à l’éthique des membres du Parti. « Elle devra être associée pleinement à toute activité permissive d’un réel contrôle », tel est le souhait qui avait été émis dans son Rapport moral lors de la Vème Session ordinaire du Comité Central tenue du 27 au 29 décembre 2015 à Brazzaville,

  • Invitons les membres du Parti de la Fédération de France et d’Europe à s’engager dans la réflexion du présent Manifeste en prenant part à prochaine Assemblée Générale Extraordinaire, afin d’examiner la vie du Parti et celle de la Nation congolaise,

  • Accusons le Département de l’Organisation du Secrétariat Permanent d’être en grande partie responsable de la léthargie du Parti et d’avoir favorisé des pratiques anti-statutaires qui ont gravement fragilisé le Secrétariat Permanent,

  • Invitons respectueusement le Secrétariat Permanent du Bureau Politique à convoquer le Comité Central du Parti en Session extraordinaire, afin d’examiner les questions urgentes soulevées par le Manifeste du 12 décembre 2016 et d’en tirer toutes les conséquences en convoquant le VIIème Congrès extraordinaire.

Après les guerres tragiques des années 90, le Congo avait renoué avec la paix aux prix d’énormes sacrifices. Des adversaires politiques, qui s’étaient affrontés militairement, siégeaient à nouveau ensemble au Conseil des ministres. Cela augurait d’une ère nouvelle dans l’histoire de notre Nation. Mais les ambitions démesurées d’un seul Camarade, Denis Sassou Nguesso, encouragé par ses courtisans, ont fini de ruiner l’espérance des Congolaises et des Congolais de vivre dans la concorde et dans l’unité. Notre démarche n’a qu’un seul but, celui d’offrir à la Nation congolaise un avenir sûr et paisible à partir de 2017. Nous exprimons notre soutien et solidarité aux Camarades et frères qui, malgré le climat terreur au Congo, pensent et partagent les mêmes points de vue que nous. Nous nous dégageons de toute responsabilité dans la tragédie qui se joue au Congo et en Afrique centrale.

Nous ne cherchons ni gloire, ni auréole, et mesurons les risques auxquels nous nous exposons. Nous nous battons afin d’éviter l’avènement d’une monarchie constitutionnelle au Congo, et pour épargner à nos enfants et petits-enfants d’avoir à subir l’omnipotence de la même dynastie.

Que triomphe à jamais la démocratie pluraliste au Congo !

Gloire éternelle au Camarade Président Marien Ngouabi !

Vive le socialisme et la libertéVive le PCT !

 

Fait à Paris, le 12 décembre 2016.

Les coordonnateurs :

  • Isaac Djoumali Sengha,Membre de la Fédération de France, Membre du Comité inter-régional de France

  • Paolo Benjamin Moussala,Membre de la Fédération de France, Membre du Comité inter-régional de France

 Cliquez ICI pour intervenir ou suivre

l'intégralité des échanges sur facebook

 

J’aime
 
Commenter
 
Commentaires
Mfn Olomaniama Au Panthéon de notre Histoire ce Monsieur (photo)..."Aux grands hommes la patrie reconnaissante".
Philippe Assompi
Votre commentaire...

Afficher l'image d'origine

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons