Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 11:09
CPI

CPI

Si le Congo se retirait de la CPI, les personnalités éventuellement visées par elle seraient elles à l'abri de poursuites ?

Ce petit article de WikiNews qui traite du retrait du Burundi répond à la question:

 

Burundi: les conséquences juridiques du retrait du CPI

 

15 octobre 2016. – À la suite des votes rapidement menés à l'assemblée nationale et au sénat, le Burundi est sur le point de quitter la Cour pénale internationale (CPI). C'est la première fois qu'un pays décide de quitter le statut de Rome.

 

Pour un certain nombre d'observateurs, la raison première de cette décision est l'ouverture par le conseil des droits de l'homme des Nations unies (fin septembre 2016) d'une enquête visant douze personnalités soupçonnées d'être, à des niveaux divers, responsables de crimes commis depuis avril 2015 et le début de la crise politique au Burundi. La plupart de ces douze personnalités sont des proches du Président, à commencer par le numéro deux du régime, Alain-Guillaume Bunyoni.

 

La sortie du CPI pourrait donc impliquer la garantie de ne jamais être poursuivi pour chacune de ces douze personnalités. Il n'en est rien. En effet, le Statut de Rome prévoit certaines dispositions à ce sujet en particulier via l'article 127: Le retrait prend effet un an après la date à laquelle la notification a été reçue, à moins que celle-ci ne prévoie une date postérieure. L’examen préliminaire peut aussi inclure tout autre crime qui pourrait être commis au Burundi jusqu’à ce que le retrait devienne effectif.La conséquence de l'article 127 est donc que non seulement chacune des douze personnalités dont Alain-Guillaume Bunyoni, pourront être poursuivies pour des crimes présumés mais que des crimes à venir survenant jusqu'à octobre 2017 au Burundi auraient toute légitimité à être instruits par le CPI.

 

Cliquez ICI

pour suivre l'intégralité des échanges sur facebook

 
J’aime
 
Commenter
 
Commentaires
Loumo Bifoueni En matière de vindicte publique, nos petits génocidaires semblent ignorer qu'il est plus agréable d'être jugé à la CPI que d'être lynché (comme Benito Mussolini) par le peuple. Samuel Doe aurait adoré être capturé par la Cour Pénale. Hélas, il n'a pas eu cette chance que refusent actuellement Sassou et Kurunzénza.
J’aimeRépondre11 h
Tony Louya Cet article 27 leur donne 1 année ! Pas fameux car si RIEN ne se fait durant cette année et vu la longueur des procédures judiciaires.... ces gens s'en sortiront indemne malgré leurs multiples crimes odieux. Pouaaah
Lionel Sanz Tu as mal compris Tony, les crimes commis durant cette année supplémentaire seront poursuivis devant la CPI et de toutes façons l'imprescribilité des faits sous le coup des accords est maintenue.
J’aimeRépondre11 h
Tony Louya Ils se garderont bien d'en commettre durant cette année !
Lionel Sanz Ils ont déjà un lourd passif qui ne compte pas pour des prunes. Et puis, tu connais la morale de la fable de la grenouille et du scorpion : c'est dans leur nature...

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons