Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 11:27
La FrançAfrique tue.

La FrançAfrique tue.

Ces "millions d'hommes à qui l'On a inculqué l'agenouillement et le tremblement" (Césaire), manifestent-ils un syndrome de Stockholm?

Faut-il être Antillais/Domien (cf. Œuvres de Césaire, Eboué & Fanon) pour fabriquer une France africaine? Pourquoi l'Adulte des Africains, ne s'exprime-t-il pas sur les grands enjeux mondiaux? L'intelligence de la race se limite-t-elle à ce boycott controversé de la CPI?

Dans le témoignage que voici, Mobutu réalise-t-il la dimension de ridicule, de larbinisme, de parjure et de haute trahison qui colore cet échange avec Foccart:

"Je suis accueilli de la façon la plus sympathique par Mobutu, qui me parle d'un tas de choses pour finalement en arriver à l'économie. Les réserves de change sont au plus bas, et la situation du zaire restera très mauvaise jusqu'en 1975 à cause de la chute du cours du cuivre, de presque 50%. Aucune des prévisions qui avaient été faites pour établir le budget ne se réalise.

"Pourtant, dit-il, j'ai fait un effort méritoire. Lorsque je suis arrivé, le cuivre constituait 85% des ressources du budget, alors qu'en 1971 il n'en représente plus que 67%. Maintenant il faut conclure des accords financiers avec d'autres pays, pour soutenir notre monnaie et pour garantir les achats que nous ferons. Le gouverneur de la banque du Zaire a élaboré un projet et il propose de solliciter l'aide des Américains, qui ne demanderaient pas mieux, mais je souhaite diversifier le soutien. La question que je voulais vous poser -je n'en parle strictement qu'à vous et je vous demande de n'en parler qu'au président Pompidou- est la suivante: "peut-on passer des accords avec la France pour trois ans?" Je tiens à préciser tout de suite que, si M. Pompidou, pour une raison ou pour une autre, me dit que ce n'est pas possible, je comprendrai parfaitement. Dites-lui surtout que cela ne mettra pas du tout notre amitié en cause. S'il acceptait, il me faudrait un montant de 500 millions de francs à répartir sur trois ans pour garantir certaines dépenses et pour renforcer ma réserve en devises. Il faudrait me faire connaître les conditions de ce concours. Les Allemands et les Japonais m'ont fait des offres, mais encore une fois, je ne veux rien faire sans en parler d'abord avec la France."

Nous parlons de différentes affaires, puis nous allons voir ses gosses jouer dans la neige. Mme Mobutu arrive. Nous déjeunons tous les trois avec l'ambassadeur. Nous évoquons le plein succès du voyage de l'association France-Zaire, qui a aidé au rayonnement de la France. Il me dit: "Monsieur Foccart, je vais vous raconter quelque chose. Lorsque j'ai vu le général De Gaulle pour la première fois, la seule fois d'ailleurs, en 1969, je lui ai dit: "Mon général, ce qu'il y a de formidable, c'est que les chefs d'État Africains ont avec la France des liens extraordinaires comme si la colonisation n'avait pas existé. Quand vous les recevez, vous recevez véritablement des chefs d'État, avec toute la considération que vous avez pour les chefs d'État, et non pas comme un quelconque personnage qui aurait été anciennement votre ministre. Les Belges n'ont aucune considération pour les présidents, ni, à plus forte raison, pour les ministres. Ils traitent les ministres avec mépris comme une espèce de fonctionnaires. Il y a une différence considérable entre l'attitude des Belges et celle des Français, et le rayonnement de la France s'en trouve considérablement augmenté." Le général m'a répondu: "Non, ce n'est quand même pas à ce point-là?" -Si, si". Et alors le général a conclu par une phrase: "Eh bien, voyez-vous, c'est que la Belgique n'a ni l'esprit ni la dimension de la France. Je dois dire que Mobutu est enchanté de cette réplique, et il me garantit qu'il n'en a jamais parlé à personne."

Jacques Foccart, La France pompidolienne, Journal de l'Élysée-IV, 1971-1972, Fayard/Jeune Afrique, pp.217-218.

Françafrique: la seule façon de s'en sortir c'est de créer une France africaine qui gagnerait en grandeur, comme le souhaitait De Gaulle, et qui serait enfin Humanité, comme le souhaitait Victor Hugo.

Konda Matin

 

Cliquez ICI

pour suivre l'intégralité des échanges sur facebook

J’aimeAfficher plus de réactions
Commenter
Commentaires
Konda Matin Francafrique, la seule façon de s'en sortir c'est de créer une France africaine qui gagnerait en grandeur, comme le souhaitait De Gaulle, et qui serait enfin Humanité, comme le souhaitait Hugo. Qu'en pensez-vous, mes amis?
J’aimeRépondre19 h
N Goth Adams C'est de Gaulle qui est responsable de l'asservissement mental dont nous payons l'addition encore aujourd'hui. Moi je pense que dans cette histoire, la France va tout perdre en Afrique française car les nouvelles générations n'auront pas une mémoire courte. Ainsi la France paiera toutes machinations depuis de Gaulle et les cérémonies de commémorations ont un bel avenir
 
 
N Goth Adams Ils s'expriment mais on les entend à peine en vFrance ( achille mbembe, mabanckou et bien d'autres) , c'est une stratégie française pour pas trop porter des nuisances sur l'ampleur phénomène car c'est la France entière qui risque de s'exposer
N Goth Adams Là tu parles des pays essentiellement francophones.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons