Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 15:38
Paolo Benjamin Moussala

Paolo Benjamin Moussala

Chers amis,

l'administration congolaise n'a pas bonne presse auprès des citoyens. Pour s'en convaincre, il suffit d'évoquer en public les déboires rencontrés avec l'un des services de l’État. Les réactions sont généralement unanimes: chacun y va de son anecdote qui abonde dans le même sens. Et pourtant, depuis quelques années, on parle d'une commission anti corruption qui entre autres missions doit moderniser l'action publique mais aucune avancée concrète n'est visible jusque là sur le terrain. Elle doit contribuer à installer un meilleur climat entre l'usager - particulier ou entreprise - et les différentes administrations. Ainsi, dans une mairie, une préfecture ou dans un tribunal, l'obligation de faire certifier conforme la photocopie d'un document administratif à produire dans un dossier est devenu un vrai commerce fructueux des agents, pire encore la corruption massive à la Caisse Congolaise d'Amortissement(CCA), des agents malhonnêtes exigent une commission pour tous règlements. Aucune bonne mesure n'est prise pour faire cesser cette mauvaise mentalité de ces agents malhonnêtes qui paupérisent d'avantage les citoyens. Le silence de cette commission anti-corruption vaut acceptation: une vraie révolution s'impose! Mais il ne faudrait pas oublier que la corruption s'est généralisée et que le prôner systématiquement accentue les inégalités entre les citoyens. Dans de nombreux cas, le secours d'une personne est indispensable pour obtenir un document ou un règlement, surtout avec les publics fragiles. Il reste toutefois à faire pièce à une idée reçue: face à l'administration, l'usager insatisfait et sur de son bon droit part toujours perdant dans ce pays. D'avance, c'est un combat inégal et différents recours n'ont obtenus gain de cause, à condition de connaître une autorité.

J’aime Commenter Partager

Vous, Guy Mafimba, Paul Soni-benga et 3 autres personnes

 

33 partages

6 commentaires

Commentaires

Paul Soni-benga

 

Paul Soni-benga

Mon cher Paolo, je suis d'accord avec le tableau que tu peint. La question: que faire après ce constat? Fallait-il mettre en place toutes ces structures comme celle qui lutte contre la corruption, si ce fléau au lieu de reculer, s'étend sur toutes la catégories sociales, même celles qui étaient jadis épargnés par la corruption. Du plus petit au plus grand, du pauvre au plus fortuné, tout le monde "veux gratter" l'autre. Quand nous grandissons, ces phénomènes n'existaient pas. Ces déviances venaient d'ailleurs. Nous en étions épargnes. Que faire? Ne faut-il pas seulement refondre la République pour que l'on puisse s'attaquer a ces anti-valeurs? Je n'ai pas de réponse.

11 octobre 2014, 18:52 · J’aime · 1

Job Baudelaire Embaba

Job Baudelaire Embaba

Mon cher frère, je suis d'accord avec toi, mais ne dit-on pas qu'aux grands maux les grands remèdes? propose quelque chose peut-être quil y'aura gain de cause,

11 octobre 2014, 20:18 · J’aime · 1

Hubert Patrick Mengha

Hubert Patrick Mengha

MON GRAND PAOLO,JS8 D'ACCORD AVEC TOI, TOUT A ETE DIT A CE SUJET, MAIS IL MANQUE DES SANCTIONS, IL N YA PAS DE PROCES,PAS DE SANCTIONS.... BREF IL YA TROP DE LAXISME

12 octobre 2014, 15:10 · J’aime · 1

Yvon Dinga

Yvon Dinga

Lorsqu' un fruit est pourrie dans une corbeille il faut vite la retirer car cela peut abîmer les autres. Comme quoi nous sommes toujours dans la République du vol?

11 octobre, 19:02 · J’aime · 1

Philippe Assompi

Philippe Assompi

Mon cher Job Baudelaire, proposer quoi ue ce soit serait hypocrite car nous savons tous que la racine du mal se trouve à Oyo.

13 octobre, 10:28 · J’aime · 2

Richard Baudry Ehntoni Ehouloung

Richard Baudry Ehntoni Ehouloung

Comment pouvez vous imaginez un seul instant, une administration honnête dans une organisation criminelle comme celle de Mpila dont le chef excelle dans la corruption du monde entier, dans le pillage sauvage et sans scrupule en bande organisée de toutes les richesses du Congo et dans les crimes du sang ? Vous me parlez des administrateurs qui sont corrompus ? Mais ils sont nommés par un parent qui est membre de cette organisation criminelle de Mpila qui se fait appeler président de la république, gouvernement ou institutions. Quel est le pouvoir du président de cette commission anti - corruption, pour traquer un administrateur nommé par Yoka Emmanuel ? ?

13 octobre, 11:11 · J’aime · 2

 

Cliquez ICI,

pour suivre l'intégralité des échanges

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons