Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  •   Le blog BVAM - Congo Brazzaville
  • : Faire de la SAPE, un mouvement ancré dans la culture congolaise, un moteur de développement économique, tel est l’objectif de ce blog.Une aubaine pour la jeunesse congolaise, laquelle est pénalisée par un désœuvrement engendré par le chômage endémique.Producteur de pétrole, le Congo a suffisamment de reserve financier pour s’imposer dans ces secteurs d’activité et faire de Brazzaville, la plate forme industrielle de la Mode en Afrique à l'instar de Paris pour l’Europe, Tokyo pour l'Asie.
  • Contact

Texte Libre

BIENS MAL ACQUIS

CANAL PLUS  

Mode-1-copie-1.jpg

 

Avec l’Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les départements et les Grandes Villes françaises à gauche, François HOLLANDE a les mains libres pour agir.

Cela impose une obligation de résultat.

Entre le Président Macky SALL, nouvellement élu au Sénégal, et le congolais Denis SASSOU GUESSO, au pouvoir depuis près de 30 ans, le Président français a de la matière pour façonner sa politique africaine de la France.

Le mot d'ordre c'est l'emploi.

À savoir que les injustices créées par la politique africaine de la France constituent le terreau du jihadisme.

Connivences.jpg
LA SAPE 

Texte Libre

UN MOT SUR LA SAPE.


La SAPE, Société des Ambianceurs et des Personnes Élégante, est une mode vestimentaire qui se situe dans la filiation du dandysme.


Ce phénomène est au Congo ce que le foot est au Brésil, un sport national. Il est véritablement ancré dans la culture congolaise.


Dans les années 80 grâce aux films Black Mic Mac 1 et 2, la SAPE va connaître un essor formidable en France. Aujourd'hui le mot SAPE a franchi les barrières socio-professionnels et s'est invité dans le Petit Robert.


«Losing You» le dernier clip de Solange Knowles, la petite sœur de Beyoncé, met en évidence une parade des sapeurs. Preuve que ce mouvement est entrain de s'installer outre atlantique.


Il est temps de l'exploiter économiquement. Telle est la vocation de BVAM.

La-SAPE-1.png

Mode-2.jpg

La production chinoise en Afrique est écoulée en France et en Europe. C'est une concurrence qui asphyxie les petites et moyennes industries françaises, TPE et PME, particulièrement dans le secteur de la mode.

Pour contrer la fulgurante avancée chinoise en Afrique BVAM, Brazza Vitrine Africaine de la Mode, projette la création d'une zone industrielle, à l'identique du reportage de France 2 ci-dessus, spécifiquement dédiée aux métiers de la mode en périphérie de Brazzaville, capitale de la SAPE. Une zone qui sera occupée par les entreprises ou entrepreneurs de l'hexagone, le savoir-faire français dans le domaine de la mode étant incontestablement l'un des meilleurs au monde.

Ce projet, lequel est une joint-venture, est connu de l'Élysée et des autorités congolaises.

C'est un projet gagnant gagnant pour les deux partis, un site stratégique de riposte en Afrique pour la France et pour le Congo la création d'emplois en masse.

Troisième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une réserve estimée à la moitié de celle du Qatar pour quatre millions d’habitants dont les ¾, l’ONU dit 70%, vivraient avec moins d’un dollar par jour, le Congo a les moyens de financer ce projet pour contrer l’oisiveté qui pénalise sa jeunesse, une jeunesse, comme au Centrafrique voisin, à la merci du fondamentalisme religieux.
La paix, la vraie paix se gagne par la confiance et non les armes.

Le classement des économies

Economie congolaise lanterne rouge

L'écriture est une arme

27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 20:41
Injustice au Congo de Sassou, l'affaire Flore BARROS contre Hassan HOJEIJ

Flore BARROS TCHICAYA 5 ANS APRÈS

MENDIANTE APRÈS UNE AGRESSION SEXUELLE

La tragédie de Flore BARROS TCHICAYA avait failli créée des émeutes à Pointe-Noire, tous les médias en avaient fait leurs choux gras. L’indignation était générale dans la ville océane où même les plus cyniques des congolais étaient scandalisés. 
Après s’être faite escroquée par les avocats véreux qui étaient censés la défendre, un voyage médical cauchemardesque au Maroc, un battage médiatique avait pris le relais pour que les autorités congolaises puissent s’intéressé au cas de la jeune femme. Dans un souci d’orgueil, le parquet de Pointe-Noire organisa un procès et l’agresseur de Flore BARROS TCHICAYA fut condamné à une lourde peine.
L'affaire Flore BARROS contre Hassan HOJEIJ eu un retentissement international grâce à la diaspora Congolaise qui avait pris le relais notamment sur les réseaux sociaux. Et, le verdict fut à la hauteur de l’indignation nationale et internationale: 
La cour d’appel de Pointe-Noire, deuxième ville du Congo Brazzaville, avait requis contre le nommé Hassan Hamad HOJEIJ, de nationalité libanaise, la peine maximale de quinze années de réclusion et une forte amende de 350 millions FCFA dans le procès qui l’opposait à mademoiselle, Flore BARROS TCHICAYA, pour coups et blessures volontaires ayant entraîné une infirmité à vie.
Le verdict rendu par la cour criminelle, le 16 mai 2011 dans la nuit, enjoignit à l’intéressé le paiement de 450 000 FCFA d’amende et 350 millions FCFA de dommages et intérêts à la plaignante Flore BARROS TCHICAYA, pour coups et blessures volontaires ayant entraîné une infirmité permanente.
Malgré cette lourde condamnation de Monsieur Hassan Hamad HOJEIJ, justice n’est pas encore faite 5 ans après. Toutes celles et tous ceux qui se sont passionnés pour cette affaire doivent savoir que Monsieur Hassan Hamad HODJEIJ n’a jamais purger sa peine, et encre plus grave, il n’a jamais payé un seul franc CFA à sa victime.
5 ans après, les décisions de la Cour Criminelle de Pointe-Noire n’ont jamais été appliquées. Monsieur Hassan Hamad HODJEIJ vit toujours à Pointe-Noire où il mène un grand train de vie pendant que Mademoiselle Flore BARROS TCHICAYA vit maintenant de la charité, mendiant quelques sous dans la rues et avenues de Pointe-Noire avec son infirmité.
Pour ceux qui ne s’en souviennent pas, juste un petit rappel des faits : Mademoiselle Flore BARROS TCHICAYA qui vivait une vie tranquille à Pointe-Noire en exerçant la profession de coiffeuse avait subi pendant plusieurs mois le harcèlement sexuel d'un septuagénaire libanais nommé Hassan Hamad HODJEIJ. N’ayant pas réussi son pari de baiser la jeune femme - parce que repoussé par celle-ci – monsieur Hassan Hamad HODJEIj avait agressé la jeune femme plusieurs fois avec une arme électrique de marque Tazer. Quelques jours après cette agression Mademoiselle Flore BARROS TCHICAYA avait perdu l'usage de ses jambes.
Les propos de Monsieur Hassan Hamad HODJEIJ rapporté par la jeune femme démontre le sexisme qui mine les mentalités de certains hommes fortunés communément dénommé « homme fort » qu’il soit congolais ou étrangers. Ces pervers sexuels qui se prennent pour des Don juan irrésistibles ne supportent pas qu’on puisse résister à leurs instincts lubriques. Ces barbares réduisent la femme à un simple produit de consommation courante, c’est ce qu’on peut ressentir dans une phrase de Monsieur Hamad HODJEIJ comme : "j'ai envie de te goûter" comme si on parlait d'un fruit ou d'un plat.
Les propos de monsieur Hassan Hamad HODJEIJ sont édifiant et dénote de la mentalité de l’individu :
"Je suis un Arabe" - donc un être supérieur au Noir, c'est-à-dire, un intouchable. "Moi, je ne meurs pas de faim". Oser se moquer d'un peuple qui vous enrichit et se balader tranquillement dans les rues de la ville de Pointe-Noire alors que sa place est dans une prison, voilà le pied de nez, l’arrogance qui frise le mépris qu’affiche monsieur Hassan Hamad HODJEIJ aux congolais et à leurs institutions ! 
En fait monsieur Hassan Hodjei sait qu'il n'existe pas de justice au Congo Brazzaville et Mademoiselle Flore BARROS TCHICAYA s'en est vite rendue compte à ses dépens. Monsieur Hassan Hamad HODJEIJ n'est hélas pas le premier « homme fort » criminel qui circule librement dans notre pays. Pour exemple, il y a dans la Sangha un homme tellement fort qu’il s’est surnommé « l’Etat », oui vous avez bien lu. C’est lui qui règle tous les problèmes. « Monsieur l’Etat » que tout le monde connait dans la contrée, donne du fil à retordre aux administrateurs de notre fierté nationale : le Parc D’ODZALA.
« Monsieur l’Etat » tire ses revenus de la contrebande d’ivoire au vu et au su de toute la contrée, il est la bête noire du Parc d’ODZALA pourtant protégé. Mais, l’intouchable « monsieur l’Etat » est protégé à Brazzaville par un parent qui est ministre inamovible depuis plus de 10 ans.
Est-ce le cas pour monsieur Hassan Hamad HODJEIJ ? Sans doute. « Pierrot le fou » notre vaillant ministre de fait de la justice qui incarcère à tour de bras tout ce qui bouge, clamant haut et fort à qui veux l’entendre que « vous allez voir ce que vous allez voir » aura-il le courage de faire appliquer une décision de justice que la cour criminelle de Pointe-Noire a rendu en toute souveraineté au lieu d’amuser la galerie ? Ou bien continuera-t-il à protéger les méchants barbares aux poches pleines et les hommes politiques de l’opposition qui ne pensent pas comme lui.


A suivre…

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe ASSOMPI
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Texte Libre

 

Député Pas d'action sans vos dons